LES COMPAGNONS BOULANGERS, PÂTISSIERS RESTÉS FIDÈLES AU DEVOIR

Service généalogique

Cher lecteur,
Dans votre famille, dans le cercle de vos amis, dans le club de généalogie aux quels vous appartenez, il est question, par retransmission orale, ou suite à la découverte d'une canne, de photos, de lettres et autres archives, d'un compagnon boulanger ou pâtissier. Nous vous proposons d'en savoir plus. Mais, nous aussi, Compagnons boulangers pâtissiers reste fidèles au Devoir souhaitons en savoir plus sur nos devanciers.
Là est la raison pour laquelle notre section généalogie, n'est pas constituée d'un simple moteur de recherche grâce auquel toute personne connecté peut avoir accès aux différentes informations. Notre service généalogique, est composée de Compagnons, d'hommes qui ont une passion, celle du passé, de l'Histoire du Compagnonnage de la Boulangerie.
Ce que nous vous proposons donc, est non pas de copier de l'information de façon anonyme sur notre site, mais de rentrer en contact avec nous, de nous présenter vos motivations, qui font que vous êtes à la recherche d'un "Ardéchois coeur fidèle" ou d'un "Tourangeau sans quartier", c'est dans un esprit de partage d'information que nous souhaitons oeuvrer.
Partageons ensemble nos connaissances, comme le Compagnon partage le pain ("Compagnon" du latin companionem, accusatif de companio, composé de com- et panis (« pain »), « celui avec qui l'on partage le pain ».

Dans un premier temps, pour les néophyte dans l'histoire Compagnonnique, voici quelques informations, afin de mener au mieux vos recherches.
Le paysage compagnonnique de la boulangerie au 19ème siècle, n'est pas uniquement composé de la société des compagnons du Devoir, mais sont aussi présent les Sociétaires du tour de France (qui prendra le nom plus tard de Compagnons Boulangers du Devoir de Liberté). En 1874, une fédération apparait, elle regroupe une majorité des sociétés d'anciens Compagnons Réunis, elle prend pour nom Fédération Compagnonnique de tous les Devoirs réunis, de nombreux anciens compagnons boulangers y adhérent. En 1889, en son congrès de Paris, cette fédération prend le nom d'Union Compagnonnique des Devoirs Unis, le plus grand changement opéré par cette nouvelle société est l'unification des rites corporatif. Une partie des compagnons boulangers (congrès de 1895) refuse cette unification des rites et se dit "Resté Fidèle Au Devoir" (rite de Maître Jacques), l'autre partie adhère à l'Union Compagnonnique , et à partir de cette date l'Union Compagnonnique recoit des "Compagnons Boulangers des Devoirs Unis" , alors que la partie resté fidèle au Devoir , elle, continue de recevoir des "Compagnons Boulangers du Devoir".
Nous rencontrons donc, de 1895 a 1935 (date de l'extinction de la société des Compagnons Boulangers du Devoir de Liberté), trois sociétés de compagnonnage de la boulangerie. (l'Union Compagnonnique fait encore partie du paysage compagnonnique contemporain)
Il existaient aussi une quatrieme catégorie de boulangers sur le tour de France, mais qui n'appartenaient à aucune société, ces voyageurs sont très facilement et trop rapidement considéré par l'"imaginatif" populaire comme des Compagnon du tour de France...
La société des Compagnons Boulangers du Devoir est née entre 1808 et 1810, les premiers enregistrements de "réceptions" sont datés en 1811. C'est a partir des registres que nous possedons que, dans un premier temps, nous allons essayer de répondre à vos questions.
Les "Noms de Compagnons" boulangers et pâtissiers sont constitués d'un nom d'origine (Tourangeau, Bourguignon, Normand, Ile de France) suivit d'un qualificatif, d'un adjectif, d'une vertu (Frappe d'abord, la violette, la franchise, l'ami des filles..) Ce nom est attribué le jour de la "réception", cérémonie rituelle ou le jeune boulanger est reconnu comme frère, suite à une série d'épreuves symboliques.
La période la plus difficile a explorer est située entre 1820 et 1840, en effet dans tous les registres que nous connaissons a ce jour, pendant ces 20 années, seul le nom de compagnon suivit du qualificatif sont enregistrés (Normand le soutien du temple) accompagné de la date et lieu de réception, nom, prénom, lieu et date de naissance sont absent.
Nous ne prétendons pas avoir dans nos archives, au jour de l'ouverture de ce service généalogique, la totalité des compagnons reçus entre 1810 et 1950*, mais chaque semaine viennent s'ajouter à la liste déjà importante, de nombreux noms de Compagnons.
Quelles sont les informations minimums que vous devez nous fournir :
Nom de famille, accompagné du prénom, si possible date de naissance et lieu de naissance.

Ce que nous pouvons mettre a votre disposition:
Le nom de compagnons, la date et lieu de réception.
Si vous ne connaissez uniquement le nom de compagnon (généralement inscrit sur la pomme de sa canne), nous pouvons essayez de retrouver le nom de famille.
Ce que tous chercheurs doit constamment garder en mémoire, en lancent une recherche sur notre site, c'est que, c'est uniquement le "franc partage" d'informations qui encouragera nos archivistes a chercher plus en profondeur dans les documents qui sont a leur disposition, afin de découvrir des détails qui pourraient avoir une importance majeur (villes visitées lors du tour de France, responsabilités dans la société compagnonnique, article de presse, exclusion de la société, voir même avec beaucoup de chance une photo...)

Nous vous souhaitons bonnes recherches !!!!
Les Compagnons Boulangers et Pâtissiers restes fidèles au Devoir.
Laurent Bourcier Picard la Fidélité

Pour contacter notre service généalogique cliquez ici:
Contact du service généalogique

* Afin de protéger la vie privée des compagnons boulangers et pâtissiers en activités actuellement, nous ne communiquons aucunes informations sur les compagnons reçus âpres 1955.

Commentaires concernant: "Généalogie" (170)

  1. Couprie a écrit:

    Bonjour,

    Très belle initiative, que d’avoir créé ce site.

    A priori, je ne pense pas trouver des ancêtres compagnons boulangers, bien qu’ayant eu plusieurs boulangers dans ma famille, mais sait-on jamais.

    Bien cordialement
    Claude

    • Laurent Bourcier a écrit:

      Madame,
      Les compagnons Boulangers et Patissiers restes fideles au Devoir vous remercie pour vos encouragements et compliments.
      Si vous découvrez chez vos ancêtres quelques mitrons, n’hésitez surtout pas a nous contacter.
      Nos salutations des plus respectueuses.
      Laurent Bourcier
      Picard la fidélité

  2. Bonjour
    Pouvez-vous me dire si dans les actes le terme « compagnon boulanger » est écrit ? Pour ma part j’ai vu des : « boulanger », « garçon boulanger» mais je n’ai jamais vu de « compagnon » malgré le fait d’avoir transcrit beaucoup d’actes pour un club généalogique.
    Félicitations pour votre site.
    André

    • Laurent Bourcier a écrit:

      Monsieur,
      Nous vous remercions dans un premier temps de vos encouragements pour notre initiative généalogique. A votre question, il est très rare de voir la mention « compagnon boulanger » dans des actes de mariages ou décès… En effet Compagnon du tour de France n était pas une chose, lors de la première moitié du 19 eme siècle a crier sur les toits, étant donné que notre société était considérée comme perturbatrice, voir secrète. Nous pouvons trouver cette mention dans nos régions de l’est, Champagne, Alsace, Lorraine ou le terme compagnon était et est toujours employée pour désigner un ouvrier qualifié (il existe encore de nos jours le diplôme de compagnon, niveau brevet de maîtrise).
      Par contre dans les différents rapports de police de 1800 a 1850, ou minutes de justice, lorsque le nom Compagnon est utilisé, c’est bien pour désigner les Compagnons du tour de France.
      En esperant avoir répondu à votre question, réservez Monsieur mes cordiales salutations.
      Laurent Bourcier
      Picard la fidélité

  3. bonjour
    dans ma généalogie j’ai 6 boulangers, dont je ne sais pas, par contre, s’ils ont été compagnon
    si vous êtes intéressés par ce que je sais d’eux, faites le moi savoir

    en tous cas, je trouve cette initiative formidable,
    si seulement la même pouvait exister pour d’autres corporations

    bien cordialement
    Annemarie Brienne

    • Laurent Bourcier a écrit:

      Madame,
      Nous venons dans un premier temps vous remerciez de vos encouragement qui nous viennent droit au cœur !
      Vous pouvez en effet nous communiquer vos ancetres boulangers, nous ferons une recherche avec plaisir et cela sans aucune difficulté !! c’est ont jamais ?..
      Merci de nous avoir contacté.
      Nos salutations des plus cordiales
      Laurent Bourcier
      Picard la fidélité

  4. MOUNIER a écrit:

    Dans mes recherches, j’ai rencontré un personnage « dit La France »
    J’ai supposé qu’il pouvait avoir été un compagnon….
    Mais il faut que je recherche de qui il s’agit, j’ai oublié.
    Cette mention serait-elle suffisante ?
    Cordialement.
    Claude Mounier

    • Laurent Bourcier a écrit:

      Monsieur,
      Les compagnons ne sont pas les seuls à pratiquer le surnom. Au 18 eme siecle plus particulierement, les soldats portaient un surnom, qui correspondait au numéro de matricule de nos jours. Les marins portaient aussi des surnoms…
      Les compagnons portent le nom de leur region (Bourguignon, Provencal..), ou ville d’origine (Beauvais, Bordeaux… pour les tailleurs de pierre en particulier). Dans votre cas, c’est le nom du pays d’origine “La France”, il y est possible que ce Sieur dit “la France” est été un immigré vers des contrées étrangères, et qu’il est été revêtu de ce nom, étant donné son pays d’origine; mais il y a très peu de chance que celui-ci soit Compagnon du tour de France.
      Merci d’avoir prêté attention à notre site et sa page généalogique.
      Laurent Bourcier
      Picard la Fidélité

  5. Bonjour,

    A travers une petite équipe nous avons mis en place en février 2011 un site de défense de nos Archives et nous militons pour cela à travers des échanges sur un site du même nom.

    « Archives Publiques Libres » a, entre autres, mis en place une base de données afin de lister tous sites permettant une recherche gratuite de ses ancêtres.
    http://www.archivespubliqueslibres.com/généalogie-libre/

    Votre site nous a été conseillé par d’autres généalogistes et nous serions heureux de pouvoir rajouter votre site sur notre base de données des sites gratuits ce qui vous permettrait de partager vos données avec notre grande famille de généalogistes qui cherchent des informations pour retracer l’histoire de leur famille.

    Vous pouvez inscrire votre site personnel ou celui de votre association sur cette base de données ; si vous y avez convenance, merci de cliquer sur le lien « Inscrivez votre site » qui se trouve à gauche de l’écran sur toutes les pages de notre site http://www.archivespubliqueslibres.com

    Nous pourrions enregistrer votre site dans la rubrique Thématique de notre base de données si vous y avez convenance (Compagnons boulangers)

    Dans l’attente de vous lire très prochainement.

    Pour l’équipe de « Archives Publiques Libres »
    Christine MASSARDIER
    http://www.archivespubliqueslibres.com

    Info@archivespubliqueslibres.com

    • Laurent Bourcier a écrit:

      Madame Massardier,
      C’est avec un grand plaisir que nous répondons positivement à votre demande d’inscription sur votre site « Archives Publiques Libres »
      En effet, les Compagnons boulangers et pâtissiers restés fidèles au Devoir, ont un principe fondamental, la retransmission GRATUITE des connaissances professionnelles, son fonctionnement reposant uniquement sur le benevolat.
      Nous ne pouvons donc qu’être en accord avec les principes que vous défendez.
      Recevez nos salutations des plus cordiales.
      Laurent Bourcier
      Picard la fidélité

  6. CIROU a écrit:

    Bonjour,
    dans ma généalogie y il a des Boulangers XIXe siècle
    Famille CIROU : Commune de Ouville – Coutances – Pйriers dans le département de la Manche 50
    Louis, Édouard CIROU – boulanger
    Désiré, Emile CIROU – ouvrier boulanger
    François,Auguste CIROU -boulanger
    Famille QUENTIN ; dans le département de la Manche 50
    Auriez-vous des informations concernant ces Patronymes -
    Merci pour votre réponse
    Cordialement,
    Brigitte CIROU

    • Laurent Bourcier a écrit:

      Madame,
      C’est avec regrets que je viens vous informer que nous ne possédons pas de CIROU au 19 eme siècle dans nos registres et autres archives. La situation est identique pour QUENTIN, je suis vraiment désolé..
      Il faut savoir qu’au 19 eme siècle, dans l’art de la boulangerie , les Normands comme les Bretons, ne sont pas de très grands voyageurs…Cela pour une simple raison, ils ne sont pas au contact des compagnons du tour de France, ces derniers préférants emprunter les grands axes de communication de l’époque représentés par les 4 grands fleuves, Seine, Loire, Garonne et Rhone, ajoute à cela quelques canaux…
      N’étant pas au contact des ces voyageurs, ils ne leur vient même pas a l’idée de faire un tour de France… De plus, la Bretagne et la Normandie, sont à cette époque des régions très rurales, ou la fabrication du pain est généralement réalisée par les Mères de famille, les hommes étant responsables de la cuisson dans le four banal du village, cela une fois par semaines, voir toutes les deux semaines… Nous trouvons la même situation avec les Auvergnats, les Flamands, les Alsaciens, les Lorrains.
      Les premiers véritables commerces de boulangerie (avec fournil et employés) sont nés dans les grandes villes de l’Antiquité comme Rome, Athenes, et autres Pompei.. Il en est de même en France…
      Espérant, Madame avoir répondu à votre attente.
      Recevez nos salutations des plus cordiales.
      Laurent Bourcier
      Picard la fidélité

      • CIROU a écrit:

        Merci pour votre réponse -
        Pouvez-vous me dire s’il existe un autre site qui pourrait me donner des informations sur les Commerçants Boulangers ?
        Je sais qu’il y a la Chambre de Commerce, c’est aussi une piste à exploiter -

        Encore merci pour votre travail de recherche et votre temps
        Cordialement,
        Brigitte CIROU

  7. merci beaucoup pour votre réponse rapide concernant mes ancêtres boulangers…. même s’ils n’étaient pas dans vos listes… sans doute n’ont ils pas été compagnons
    ce site est une excellente idée, je vous souhaite un grand succès et beaucoup de trouvailles
    cordialement
    Annemarie Brienne

  8. DAUDÉ Pierre a écrit:

    Bonjour, et merci pour votre bonne initiative. Je vous communique les « boulangers et maitres boulangers de ma généalogie »
    CHEROY (Yonne) :
    DAUDÉ Nicolas Eloi, maitre boulanger n é en 1784, dcd à Paris le 3 juin 1849.
    DAUDÉ Jean né à Cheroy le 12 02 1736 dcd lr 17 07 1803
    DAUDÉ JEAN ELOI , né le 1 12 1758
    ALSACE (67 & 68)
    NEST Xavier né le 8 11 1830 à Rouffach.
    NEST Louis né à 67 BOERSCH le 20 08 1799 Boulanger en 1836.
    Meilleurs sentiments.

    • Laurent Bourcier a écrit:

      Monsieur,
      A la lecture de votre courrier, je peux tout de suite vous informer facilement que:
      DAUDÉ Nicolas Eloi, maître boulanger né en 1784, dcd à Paris le 3 juin 1849.
      DAUDÉ Jean né à Cheroy le 12 02 1736 dcd lr 17 07 1803
      DAUDÉ JEAN ELOI, né le 1 12 1758
      ne peuvent être Compagnon du Devoir, en effet notre société est née entre 1810 et 1811, et l’âge moyen des Compagnons boulangers à cette époque est de 18 a 24 ans.

      Par contre, il existe une possibilité infime pour que
      NEST Xavier né le 8 11 1830 à Rouffach.
      NEST Louis né à 67 BOERSCH le 20 08 1799 Boulanger en 1836, soient Compagnons Boulangers du Devoir, malgré, comme je l’ai déjà explique dans un commentaire anterieur, que les alsaciens ne sont pas très nombreux sur le tour de France à cette époque..
      Nous vous communiquerons le résultat de nos recherches sur les NEST dans les 48 heures qui suivent.
      Nous vous remercions de votre sympathie.
      Laurent Bourcier
      Picard la fidélité

      • Laurent Bourcier a écrit:

        Monsieur,
        Nous avons continué nos recherches au sujet des Sieurs Nest Xavier et Louis. Nous sommes désolés, mais aucun n’est dans nos archives…
        Malgré cette recherche stérile, nous espérons que nous vous avons malgré tout, donné satisfaction.
        Nous vous remercions.
        Laurent Bourcier
        Picard la fidélité

  9. Laurent Bourcier a écrit:

    Chers lecteurs,
    Voici un courrier, reproduit avec l’autorisation de son auteur, Monsieur Albert Boyer. Bonne recherches!!!
    Picard la fidélité

    Monsieur;
    Je vous envoie ce courriel pour la raison suivante:
    « J’ai dans ma généalogie une ancêtre qui fut déposée le 14 Aout 1832 а l’hopital de La Rochelle enveloppée d’un drapeau gris de boulanger, bordé d’un galon vert, d’une brassiиre de coton vert et gris, d’un bonnet d’indène jaune garni de dentelles. Le linge était marqué E.P Pour marque un billet où les noms d’Augustine Athénaпs ».
    Sur la Charente Maritime, y a t’il des campagnons boulangers dont les initiales seraient ces deux lettres E.P.
    Je vous remercie, Monsieur, de prendre connaissance de mon courriel et de votre réponse et dans l’attente;
    Recevez, Monsieur, mes salutations distinguées.
    Albert Boyer

    • Laurent Bourcier a écrit:

      Bonjour,
      Un ami, m’a communiqué ceci a ce sujet:
      « …je lis dans le Dictionnaire de l’Académie française de 1835 (donc quasi contemporain de l’épisode rapporté), les 3 sens du mot. Tu verras que le premier n’est pas le sens actuel, quoiqu’il commença а être moins employé (« vieillir ») en 1835 :

      « DRAPEAU. Haillon, vieux morceau de linge ou d’étoffe. Le papier se fait avec de vieux drapeaux. Ramasser des drapeaux. Ce sens vieillit : on dit Chiffons.
      DRAPEAUX : au pluriel, se dit de ce qui sert а emmailloter un enfant. Sécher les drapeaux d’un enfant. On dit plus communément Les langes.
      DRAPEAU, signifie en outre Etendard, bannière, pièce d’étoffe qu’on attache а une espèce de lance, de manière qu’elle puisse se déployer et flotter (…) »

      Cela signifie donc que l’ancêtre de ton correspondant a été enveloppée dans un vieux linge appartenant а un boulanger (peut-être une couche, mais y en avait-il avec des galons verts ? ). L’hôpital a peut-être identifié ce tissu comme étant celui d’un boulanger parce qu’il y avait de la farine dessus.
      N’y aurait-il pas eu une mauvaise lecture ? Ce que la personne a lu « boulanger » est peut-être un autre mot ou d’autres mots. L’écriture de l’époque n’est pas toujours facile а lire et on interprète facilement et а tort un mot mal lu, surtout si la ponctuation n’a pas été posée au bon endroit. Ne faudrait-il pas lire un mot où il y aurait « langes » ou « linges » (« de bon linge bordé d’un galon vert » ?).

      Quant aux lettres E.P. je pense qu’elles n’étaient pas brodées sur le « drapeau » (vieux tissu), mais sur le « linge », c’est-а-dire ce qu’on appelle aujourd’hui la « lingerie »: bonnet, culotte, caleçon, etc. En l’occurence, sur la brassière et le bonnet. Cela est logique : les serviettes, torchons, bonnets, draps aussi, etc. étaient brodés des initiales de son propriétaire jusque dans les années 1960, quand les femmes savaient coudre et broder et apprenaient а le faire dès leur plus jeune âge. Le linge avait de la valeur, on en prenait soin, il durait très longtemps, bien enfermé dans une armoire.

      Rien ne dit que les lettres E.P. soient celles du boulanger d’où venait le « drapeau » et les vêtements féminins (brassière, bonnet) n’étaient pas marqués au nom d’un homme mais d’une femme (Ernestine Pinon, par exemple)… »

      Tres intéressantes réflexions!! :-)
      Laurent Bourcier
      Picard la fidélité

  10. Guénaut a écrit:

    Bonjour,
    La tradition orale de la famille afirme que mon grand pére Adelbert Gadiot a été compagnon boulanger.
    Il est né le 5/12/1877 а St Savinien (17) et a été boulanger à Aulnay, Chatelaillon, St Savinien, Bernay en Charente Maritime et а Luynes en Indre et Loire.
    Il s’est marié en 1903 son compagnonnage devrait donc être entre 1891 et 1903.
    Je vous remercie des recherches que vous pourriez effectuer, méme si celles-çi ne sont pas couronnées de succés.
    Cordialement
    Gérard Guénaut

    • Laurent Bourcier a écrit:

      Monsieur Guenault,
      Malheureusement, nous n’avons pas ce boulanger dans nos registres, par contre, voici une information, nous avons un nommé Gadiot Victor né a Cologne (32) en 1824, reçu sous le nom de Gascon la Sagesse, par notre 11ème cayenne du tour de France, Toulouse. Peut etre un parent ? ..l’arrière grand-père, ou encore une génération au dessus ? Qui sait ?…
      Si jamais dans vos recherches vous trouvez une info au sujet de « Notre » Gadiot, pensez à nous, nous vous en serions très reconnaissant :-)
      Généalogiquement votre.
      Laurent Bourcier
      Picard la fidélité

  11. Jean-louis CALBE a écrit:

    Bonjour,
    En octobre dernier,dans le cadre de recherches généalogiques sur le patronyme Périer(compagnons boulangers), j’ai consulté le site de J-M Mathonnière, pour demander en particulier un renseignement sur le déchiffrage des lettres inscrites sur le pommeau de la canne d’un CBDD.
    La réponse rapide nous a permis d’avancer concrètement dans notre recherche et de nouer un véritable dialogue enrichissant, dans une relation de confiance avec Monsieur Laurent Bourcier(dit Picard la Fidélité).
    A chaque demande, j’ai pu constater le sérieux et la grande précision des réponses données.
    Je conçois l’activité de recherches généalogiques amateurs comme un loisir passionnant, basé sur les échanges et l’entraide, et je suis ravi qu’une section généalogique s’ouvre dans cet esprit-là sur le site des Compagnons Boulangers RFAD.
    Je recommande très vivement l’utilisation de celle-ci aux chercheurs, et je remercie très sincèrement Monsieur Bourcier pour l’aide efficace apportée tout au long de nos questionnements.
    Annie Gros et Jean-louis Calbé, adhérents à l’atelier de généalogie de Beauséjour à Chatelaillon (17).

    • Laurent Bourcier a écrit:

      Madame Gros et Monsieur Calbe,
      Nos travaux furent un véritable régal, gouteux et croustillant comme un bon et véritable pain au levain !!! :-)
      N’oubliez pas que les Compagnons Boulangers et Pâtissiers restés fidèles au Devoir de notre cayenne de Bordeaux, n’espèrent pas, mais souhaitent fortement vous voir dans leurs rangs le jour de leur fête patronale la Saint Honoré.
      Par trois fois merci.
      Laurent Bourcier
      Picard la fidélité

  12. Eric JULIEN a écrit:

    Bonjour,
    Mon ayeul Paul Maurice CHABERT né à Sanilhac (07) le 7/12/1854 était Boulanger à Lyon 1er. Auriez-vous des informations concernant ce Patronyme -
    Merci pour votre réponse
    Cordialement,
    Eric JULIEN

    • Laurent Bourcier a écrit:

      Monsieur Julien,
      Apres avoir consulté l’ensemble de nos archives, je suis dans le regret de vous annoncer que nous n’avons pas de CHABERT. J’ai réalisé une seconde recherche, en sachant que si votre ancêtre aurait été Compagnon Boulanger du Devoir, il aurait porté le surnom de Vivarais (Ardeche), je n’ai pas de Vivarais dont le nom de famille commence par CHA… à la période ou votre ancêtre aurait effectué un tour de France.
      je suis désolé, bonne généalogie, et peut être à bientôt.
      Nos cordiales salutations.
      Laurent Bourcier
      Picard la fidélité

  13. GUENAND Olivier a écrit:

    Bonjour,

    Je suis а la recherche d’informations sur la Biscuiterie de Luxe Albert Poulain & Fils crée а Blois en 1900 et qui a fermée dans les années 1938. Trés peu d’archives sur ce sujet méconnu et oublié des Blésois.
    Cette biscuiterie produisait des biscuit d’une trиs grande qualité (équivalente aux biscuits roses se Reims), qui étaient vendu en boîte en fer noire, notamment un biscuit dénommé le Conquérant.
    Mes recherches me font penser que cette biscuiterie a fusionnée avec une biscuiterie nantaise, d’où la fermeture du site de Blois, qui fut transféré à Nantes (port de commerce européen pour le sucre). Certains biscuits notamment un « biscuit Petit Ecolier » commercialisé а Blois par Poulain et aujourd’hui une production de la société nantaise LU. Peut-être que les biscuits Poulian ainsi que les brevets et les marques déposées ont été rachetées par LU pour ne faire q’un biscuitier ??? L’INPI n’a pas pu me renseigner, ils n’ont retrouvé que des brevets Poulain mais pour le chocolat. Peut-être que des Compagnons boulangers ont entendu parlé de cette biscuiterie, et ont commercialisé ces produits dans leur boutique ?? Merci а tous, et au plaisir de vous lire.
    « La récompense de l’étude, c’est de comprendre » Le Talmud
    Olivier

  14. Toutes mes félicitations aux Chiens blancs restés fidèles au Devoir pour cette heureuse initiative ! J’espère que d’autres corps du Devoir (et des Devoirs, et du Devoir de Liberté) suivront. Et aussi que nous trouverons les uns et les autres le temps de compiler et synthétiser toutes ces petites avancées en matière d’histoire compagnonnique, de sorte à ce qu’elles ne soient pas simplement éparses de-ci de-là…

    La « nouvelle histoire » compagnonnique se construit non seulement avec des études plus poussées sur l’évolution de chacune des sociétés composant le paysage compagnonnique français (sociétés bien plus diverses et complexes que ce que l’on lit encore dans de nombreux ouvrages), mais aussi avec tous ces matériaux biographiques qu’offrent les parcours individuels des Compagnons, de tous métiers et de toutes époques.

    S.F.

    • Laurent Bourcier a écrit:

      Très cher Jean Michel Mathoniere,
      Je me permet au nom des Compagnons Boulangers et Patissiers restés fidèles au Devoir, de te remercier pour ces encouragements! Sache que ton site Compagnonnage.info, a fortement influencé notre décision d’ouvrir une page généalogique sur notre site. En effet, tu nous a tracé la voie, avec la publication de plus de 1000 noms de compagnons tailleurs de pierre du Devoir, nous n’avons fait qu’imiter…
      Les Compagnons boulangers ont souvent été des precurseurs, la première corporation, au 19 eme siècle, à recevoir des Compagnons de métiers différents à leur fête patronal sont les boulangers… Les Compagnons Boulangers et Patissiers restés fidèles au Devoir, en étant la première société Compagnonnique à ouvrir une page généalogique, sont dans cette lignée de compagnons du 19 eme, et dépassent même aujourd’hui la fraternité compagnonnique, pour toucher du bout de « la pelle et du rouable » l’humanisme.
      Merci a toi.
      Laurent Bourcier
      Picard la fidélité

  15. MIMIEUX a écrit:

    Bonjour,
    Membre de l’association « CousAin », je voulais vous féliciter avant tout pour votre initiative… d’autant plus heureuse qu’elle est bénévole! C’est tout à votre honneur.
    Je me permets de vous demander quelques renseignements sur l’un de mes ancêtres, Marcel Bruno (Brunot) Mimieux, Garçon Boulanger, originaire de l’Eure, mais « expatrié » à Paris vers 1810-1820 pour une raison que j’ignore. Peut-être ce nom figure t’il sur vos registres…
    En vous remerciant par avance du temps consacré à cette recherche, cordialement,
    Frederic

    • Laurent Bourcier a écrit:

      Bonjour, cher « CousAin » :-)
      Nous allons lancer une recherche au sujet de votre ancêtre boulanger, mais celle ci va nous demander quelques jours, car 1820 est une période très très difficile à traiter.
      Ce que je peux vous dire malheureusement, c’est que l’espoir est faible.. En effet à cette période, nous ne possedions pas de cayenne dans la capitale, qui dit absence de cayenne, dit absence de « réception » de Compagnons…
      Merci pour votre petit mot d’encouragement,qui nous va droit au coeur!! :-) Le compliment est le salaire des bénévoles, il a le privilège de ne pas subir la crise, ni l’inflation ! :-)
      Nos salutations des plus cordiales et respectueuses.
      Laurent Bourcier
      Picard la Fidélité

      • MIMIEUX a écrit:

        Cher Laurent,
        Merci pour votre temps passé à rechercher ce nom dans vos archives. Après avoir revu mes notes, notamment des Archives Coutot, mon ancêtre Marcel Bruno Mimieux s’est marié à Paris en 02/1798. Peut-être ne trouverez vous pas d’informations mais encore merci d’avance pour votre aide. Je vous renouvelle mes félicitations pour votre section généalogie, qui ne pourra que mettre en valeur le compagnonnage, parfois trop méconnu.
        Bien cordialement,
        Frédéric

      • Laurent Bourcier a écrit:

        Cher « Cous-Ain » Fredric ,
        Cette nouvelle information que vous venez aujourd’hui me communiquer, met fin définitivement à nos recherches et à tout espoir que votre ancêtre soit compagnon boulanger du Devoir.
        En effet, notre société est née en 1809-1811, à Blois, et celle ci n’acceptait dans ses rangs que des jeunes hommes CELIBATAIRES, de 17 a 25 ans en moyenne.
        Dans tous les cas, merci pour vos encouragements de nous avoir contacté et peut être à bientôt :-)
        Laurent Bourcier
        Picard la fidélité

  16. AUBERT-BELLOC Germaine a écrit:

    Quelle belle idée, et que de travail en perspective !
    Le futur se construit aussi avec l’Histoire.
    La vôtre commence, et elle existe grâce aux « anciens ».
    Bravo et bon courage.
    Bises, Germaine

    • Laurent Bourcier a écrit:

      Madame Aubert Belloc ;-)
      Les Compagnons Boulangers et Pâtissiers restés fidèles au Devoir, vous remercie de vos encouragements.
      Notre histoire en effet commence… Nous aurions aimé qu’elle commence avec celui que tu connais… Mais le « grand » là haut en a voulu autrement..
      Une pensée pour lui..
      Amitiés.
      Picard la fidélité

  17. GUENAND Olivier a écrit:

    Très Cher Laurent,

    Je tenais à vous adresser mes plus sincères remerciement pour votre aide et votre soutien pour la rédaction de mon mémoire sur l’histoire des boulangers blésois.

    Triple MERCI
    Olivier

  18. GUENAND Olivier a écrit:

    Bonjour,

    Je lance un appel aux Chiens Blancs car je suis à la recherche d’informations sur :

    – la pratique, la diversité et les recettes concernant la patisserie boulangères du XVIII et XIX (brioche boulangère, tarterie, oublies….) : que trouvaient-on, à quelle fréquence, qui en avait la charge,( apprenti)….??

    - l’évolution de la formation au métier de boulanger au XVIII et XIX des apprentis, futurs Compagnons : journée type, durée et contenu de la formation, qui dispensait le savoir (patron, échange de patron ???), formait-on à la boulange et à la pâtisserie en même temps ou était ce deux métiers distincts …?

    Si certains pouvaient m’écrire quelques lignes sur ces sujets je vous en remercie d’avance.

    « La récompense de l’étude, c’est de comprendre » Le Talmud

    Olivier

  19. Alain Antony a écrit:

    Bonjour,

    Auriez vous connaissance d’un Giovani Gaspard ou Jean PFRANGER
    Boulanger dans le XIV et dans le XII à Paris

    Merci de votre aide et bravo pour votre site

    Alain

    • Laurent Bourcier a écrit:

      Monsieur Antony,
      Suite à nos recherches, nous n’avons pas dans nos registres de Jean PFRANGER OU BERANGER. pour ce qui est de Gaspard, nous connaissons un Gaspard Emile, Lorrain la bonne conduite, né en 1838 à Rambervillers (88) et reçu compagnon boulanger à Tours à l’Assomption 1861, rien nous dit qu’il etait installé à Paris..
      Je suis vraiment désolé…
      Merci pour le compliment, il nous va droit au coeur! :-)
      Laurent Bourcier
      Picard la Fidélité

  20. Marie-José GUILLET. a écrit:

    Bonjour,

    Je suis à la recherche des traces de mon aïeul, Maurice BRIDET, né en 05/12/1849 à Saint Ambreuil (71).
    J’ai toujours entendu dire qu’il avait été compagnon.
    Il s’est installé à Chartres et travaillait comme fabricant de pains d’épices chez Mr JAVOUHEY, pâtissier spécialiste du pain d’épices, originaire de Chamblanc.

    Je serais très intéressée de savoir s’il a été compagnon, car je perds sa trace entre les années 1861 ET 1872.
    Il était orphelin de père, et le pense qu’il aurait pu être formé au métier de pâtissier chez les compagnons.

    Je vous remercie de contribuer à avancer dans mes recherches.

    Très Cordialement.

    Marie-José GUILLET.

    • Laurent Bourcier a écrit:

      Bonjour,
      Apres de nombreuses recherches, je suis vraiment désolé, mais nous avons aucune trace de Maurice Bridet dans nos archives, de plus à l’époque (1865/1875) le métier de pâtissier ne faisait pas partie du compagnonnage, cette profession à intégré le Compagnonnage du Devoir en 1939 ( congrès de Troyes), il n’a donc pu être formé au metier de pâtissier ches les Devoirants.
      Nous vous remercions d’avoir visité notre site.
      Tres cordialement.
      Laurent Bourcier
      Picard la Fidélité

  21. Cathy Boirac a écrit:

    Il y a 6 générations, il y avait un boulanger du nom de Pierre Boirac (né en 1784) dans le village de Pian sur Garonne. Puis un de ses fils Elie Boirac (né en 1810) continua et fut même connu comme le « boulanger pamphlétaire » car il faisait des vers en gascon. Mais j’ignore s’ils étaient compagnons. Cela m’intéresserait donc beaucoup d’avoir d’éventuels renseignements à leur sujet. Même si la réponse est négative, je vous félicite en tous cas pour ce site très intéressant.
    Cathy Boirac

    • Laurent Bourcier a écrit:

      Madame Boirac,
      Je suis désolé, après avoir effectué plusieurs recherches à ce sujet, malheureusement, les résultats sont stériles…
      Merci pour vos compliments à propos de notre site et de notre initiative généalogique, ce sont des encouragements qui nous engagent à continuer sur la voie que nous nous sommes tracé !
      Très cordialement
      Laurent Bourcier
      Picard la Fidélité

  22. Laurent Bourcier a écrit:

    Bonjour,
    Grâce à votre initiative mes recherches vont peut être à nouveau progresser:
    j’ai trouvé parmi mes ancêtres toute une lignée de boulangers originaires de Chouzy sur Cisse et de Chambon sur Cisse dans le Loire et Cher sur lesquels les renseignements me manquent. Peut être ont ils appartenu au Compagnonnage…
    Voici les noms: Louis Gabriel Monière (1855-1899), son père Charles Louis Monière (1833-1868), son beau père François Ferdinand Leroux, né en 1832.
    Merci de me permettre le cas échéant d’en savoir plus

    Cordialement
    Jean Michel Mercurol

    • Laurent Bourcier a écrit:

      Monsieur Mercurol,
      Apres avoir effectué plusieurs recherches au sujet de vos ancêtres, malheureusement, nous n’avons découvert aucune information à leurs sujets.. Je suis vraiment désolé..
      Notre service étant composé uniquement de bénévoles, et si vous avez été , malgre l’absence d’infos, satisfait de nos travaux, nous vous encourageons a laisser un petit message de soutien sur notre site.

      Recevez Monsieur nos salutations des plus cordiales.
      Laurent Bourcier
      Picard la Fidélité

  23. iché a écrit:

    pourriez vous me renseigner sur un compagnon patissier installer dans la region de bedarieux 34 dans le debut des années 1920
    l’un de mes amis possède une canne de compagnon et pense qu’elle pourrait lui avoir appartenu. helas les gravures sur le pommeau ne sont pas tres lisibles.

    • Laurent Bourcier a écrit:

      Monsieur,
      Dans un premier temps, merci de faire appel à notre site. Nous vous en remercions.
      Pour répondre à votre question, il y a deux points.
      Le pâtissier installé à Bedarieux en 1920, ne peut être Compagnon pâtissier du Devoir, en effet, les ouvriers pâtissiers ont adhéré au compagnonnage du Devoir qu’en 1939 (congrès de Troyes), par contre il peut très bien être Compagnon pâtissier des Devoirs unis (Union Compagnonnique) société née en 1889, et qui elle a très rapidement ouvert le compagnonnage au métier de pâtissier.
      Pour ce qui est de la canne de votre ami, meme si la gravure n’est pas très lisible , je vous encourage a nous faire parvenir une photographie de cette canne et de sa pomme en gros plan.. Des fois, un seul mot peut nous suffire pour découvrir le nom de son propriétaire.
      En espérant avoir répondu à vos attentes et dans l’espoir de vous lire, recevez Monsieur nos salutations des plus respectueuses.
      Laurent Bourcier
      Picard la Fidélité

  24. HARDIVILLER a écrit:

    mon arrière grand-père était boulanger à Beauvais dans l’oise
    entre 1835 et 1861 environ ensuite je perds sa trace, auriez-vous
    la possibilité de savoir ou il est allé après 1861, voici son état civil
    HOROY charles clair né à MOUY LE 11 juillet 1810 demeurant
    BEAUVAIS 60250 – 72, rue SAINT JEAN – jusqu’en 1861 environ.

    • Laurent Bourcier a écrit:

      Bonjour,
      NON…
      Recevez, nos salutations des plus cordiales.
      Laurent Bourcier
      Picard la Fidélité.
      PS : Vous n’avez pas affaire a un ordinateur de recherche, a un moteur de recherche automatique, mais a des hommes, qui consacre leur temp libre pour vous repondre…
      « Boujour, merci et au revoir », n’ont jamais fait de mal a qui que se soit.. Bien au contraire…

    • Laurent Bourcier a écrit:

      Monsieur,
      Après plusieurs recherche, j’ai le regret de vous informer que nous ne possedons pas de Horoy Charles dans notre base. Désolé.
      Recevez nos salutations des plus cordiales.
      Laurent Bourcier
      Picard la Fidélité

  25. Dubost a écrit:

    Bonjour,

    Tout d’abord félicitations pour votre site très intéressant que je viens de découvrir dans un article de RFG.
    j’ai un ancêtre : François DUBOST boulanger 22 rue des Farges Lyon (5ème) qui figure dans le recensement de 1796 à l’âge de 32 ans. Je n’arrive pas à retrouver son lieu et date de naissance car il est décédé au cours d’un voyage à Paris (1805).
    Pourriez-vous avoir la gentillesse de chercher dans votre base de données si vous avez cette personne sinon connaissez-vous l’existence d’une organisation ayant fait un relevé des boulangers à cette époque ?

    D’avance merci

    • Laurent Bourcier a écrit:

      M Dubost,
      Dans un premier temps, merci pour vos félicitations, elles nous vont droit au coeur, car nous sommes que des bénévoles, et oeuvrons uniquement pour la mémoire des hommes qui ont fait notre profession, qui nous ont fait, nous boulangers et pâtissiers de ce debut du XXIème siècle!
      Pour ce qui est de votre question, malheureusement votre ancêtre ne peut être dans notre base, en effet le compagnonnage des boulangers du Devoir est né en 1810/1811, avec des jeunes de 18 a 25 ans. Votre ancêtre est bien antérieur à cette période, je suis désolé. Nous ne connaissons pas d’autres bases concernant le métier de boulanger. Nous sommes désolés.
      Cordialement et merci de nous avoir contacté.
      Laurent Bourcier
      Picard la Fidélité

  26. JJG a écrit:

    Bonjour,
    Notre mémoire orale familiale évoque des aieux boulangers. J’ai pu les identifier et authentifier leur métier grâce aux actes de mariage.
    L’un Pierre ANCEMOT né le 28/4/1857(а Monnerville) marié avec Franзoise Desalles; boulanger а Bourbon l’Archambault (03) dont on dit qu’il йtait « sociétaire …de renom »…?
    L’autre son beau-pйre  » Maitre » ? (notifié dans acte) DESSALLES Balthasard né le 19/3/1746 (à Franchesse), boulanger à Franchesse (03) Ces renommée et titre me font penser qu’ils étaient peut être « Compagnons ».
    Pouvez vous me renseigner?
    Avec mes félicitations pour votre site et remerciements.
    Bien а Vous
    JJG

    • Laurent Bourcier a écrit:

      Monsieur,
      Je viens répondre à votre demande.. Après plusieurs recherches nous n’avons trace de Ancemot Pierre dans nos registres. Malheureusement…et pour ce qui est de Dessalles, il est impossible qu’il est été Compagnon boulangers du Devoir, étant donné que notre société est née en 1811, et était composée de jeunes boulangers âgés de 17 a 25 ans…
      Par contre, la dénomination de « sociétaire » est bien antérieur a 1811, en effet, les boulangers n’ont pas attendu d’être Compagnon du Devoir pour voyager la France. Nous avons deux nombreuses informations à leur sujet au 18 eme siecle..
      Il existait une société dit « sociétaires boulangers » ou encore »sociétaires de la bienfaisance » ou « sociétaires boulangers du tour de France » , toutes ces sociétés sont antérieur ou contemporaine de celle des Compagnons boulangers du Devoir.
      D’ailleurs , nous pouvons émettre la tres sérieuse hypothèse que les Compagnons boulangers du Devoir sont issus en 1810 1811 d’une scission chez les sociétaires.
      Par contre, à ce jour, et a ma connaissance, nous possédons tres peu d’information sur leurs membres, étant donné que cette société a disparut entre les deux guerres et que très peu de documents internes sont parvenus jusqu’a nous..
      Donc, nous ne pouvons qu’émettre l’hypothèse que vos ancêtres étaient des « Sociétaires boulangers » sans autres informations.. je suis désolé..
      Merci d’avoir fait appel a nos services amicaux :-)
      Recevez Monsieur nos salutations des plus cordiales.
      Laurent Bourcier
      Picard la Fidélité

  27. HARDIVILLER a écrit:

    merci de votre réponse, recevez mes salutations distinguées
    je sais bien que vous n’êtes pas un centre de recherches,
    mais vous auriez pû avoir cette personne dans un autre endroit
    de l’oise par exemple;
    MERCI ENCORE

  28. Bonjour et bravo pour votre initiative,

    Je tente ma chance avec l’un de mes ancêtres, né dans le Puy-de-Dôme, et devenu boulanger à Paris. Il s’agit de Thomas AUZOLLE, marié à Paris 10/04/1800 avec Anne BOUCHER et décédé à Paris le 01/09/1847. J’ignore sa date de naissance.

    Avez-vous des informations à son sujet ?

    A noter qu’il a acheté sa boulangerie (en 1800) entre les mains de Jeanne BOUCHER. Peut-être avez-vous également des BOUCHER boulangers (!) ?

    Merci d’avance.

    • Laurent Bourcier a écrit:

      Monsieur,
      Merci de faire appel à notre site pour vos recherches, mais malheureusement, je viens vous répondre par la négative… En effet, les premiers compagnons boulangers du Devoir apparaissent en 1810 1811, et sont âgés de 17 a 26 ans environs.. Votre ancêtre ne correspond en rien à cette période.. Je suis vraiment désolé.. de plus à cette période la corporation de boulanger est composée uniquement de célibataire.
      Cordialement
      Laurent Bourcier
      Picard la Fidélité

  29. Bessières Philippe a écrit:

    Bonjour,
    Votre initiative est très interéssante. Dans mes ancêtres j’ai retrouvé deux boulangers: Bessières Alain (1791 -1871) boulanger à beaulieu (19) puis à cahors(46) ainsi que son beau frère Michel Pendaries (vingt vendémiaire an 11);
    Auriez vous des informations sur ces deux personnes?.
    Vous en remerciant par avance;
    bien cordialement
    Philippe Bessières

    • Laurent Bourcier a écrit:

      Monsieur Bessieres,
      C’est avec regret que je vous informe que nous ne possédons pas de Bessieres Alain et de Pendaries Michel dans nos archives.
      Je suis désolé…
      Laurent Bourcier
      Picard la Fidélité

  30. Laurent Bourcier a écrit:

    De la part de monsieur Brisseau:
    Bonjour,

    Je fais des recherches sur les ancêtres de mes enfants et tout particulièrement sur Jean André Camille RICHOU avec ou sans X ,boulanger,dit Angevin La Tranquillité né le 28 Juillet 1852 а Gonnord (actuellement Valanjou) (49) et décédé а Nantes(44) le 18 Novembre 1896, sa femme Marie Henriette Marguerite GAUCHER née le 22 Dйcembre 1852 а Beaurepaire(85) et décédée а Nantes(44) le 30 Novembre 1931 était Mère des compagnons boulangers а Nantes. N’ayant pu retrouver leur acte de mariage, des informations liées а leurs parcours chez les compagnons boulangers (tour de France ….) me permettraient peut-être de situer la commune de leur rencontre et de leur mariage.
    Je vous remercie d’avance pour les recherches effectuées dans vos archives et j’espère vous lire prochainement.

    Bien cordialement.

    Christian .

    Notre réponse:
    Monsieur,
    Dans un premier temps, je tiens a vous remercier d’avoir fait appel a notre site pour la recherche du passe de vos ancêtres.
    A ce jour, a chaud, je n ai qu’une seule information a vous communiquer, Angevin la tranquillite fut reçu compagnon boulanger du Devoir à la Noel 1872 à Orléans.
    Il existe une grande photo des compagnons boulangers de Nantes de 1895 environ, ou se trouve surement votre ancêtre, mais en absence de portrait photographique de celui-ci, il nous est impossible de l’identifier, une mère est aussi presente sur cette photo, peut être son épouse.
    Cette photo se trouve au Musée de l’Union compagnonnique de Nantes, Manoir de la Hautière.
    En espérant touver d’autres informations à ce sujet.
    Si vous possédez d’autres informations ou une photo d’Angevin la tranquillité, je vous serais reconnaissant de me faire parvenir une copie, afin de compléter le passé de notre corporation compagnonnique.
    Bien cordialement
    Laurent Bourcier
    Picard la Fidélité.

    • Laurent Bourcier a écrit:

      Monsieur Brisseau,
      voici quelques nouvelles informations au sujet de l’Ancien » Angevin la tranquillite
      Celui ci adherat a la societe des Anciens Compagnons Reunis, puis a la Federation Compagnonnique de tous les Devoirs Reunis, puis a l’Union Compagnonnique de Nantes, il signat en 1895 l’autorisation a l’Union Compagnonnique de recevoir des compagnons boulangers , son epouse etait bien mere des compagnons boulangers du Devoir dit les  » ami de l’union » a Nantes au 11 rue de la juiverie et au 35 rue du marchix .
      Celle ci restat en contatct avec les compagnons jusqua sa mort; le pays Richou fut Second en ville (Vice president) des compagnons boulanger du Devoir de la ville de Nantes en 1891.
      En esperant avoir repondu a vos attentes.
      Cordialement
      Laurent Bourcier
      Picard la fidelite

  31. pays Bouchet itinérant a dijon a écrit:

    bonjours picard je voulais savoir si il était possible de faire une recherche genealgique sans aucun renseignement a l appui savoir si il y a pas eu un membre de ma famille compagnon bouchet origninaire de la loire 42 ou de l ardeche il y a tres longtemp cordialement
    pays bouchet

    • Laurent Bourcier a écrit:

      Cher Pays,
      Je suis vraiment désolé, mais il n’y a aucun Bouchet dans nos archives, correspondant ) ta demande…Je suis vraiment désolé..
      Bon courage
      A bientôt
      Laurent Bourcier
      Picard la Fidélité

  32. Gilles CAZIN a écrit:

    Bonjour.
    Je tiens à vous féliciter pour la qualité de votre site et à vous remercier pour votre efficacité. En effet, j’ai posé une question ce matin et j’ai eu la réponse dans la foulée. Je vous encourage à continuer dans cette voie. Bien cordialement.

  33. dumas nicole a écrit:

    Recherche
    BIDAULT honoré françois o le 5 1 1836 les autels villevillon 28
    son fils
    BIDAULT louis emile o le 18 6 1867 à nogent le rotrou 28

    • Laurent Bourcier a écrit:

      Madame Dumas, bonjour,
      Ce présent message pour vous informer que nous ne possedons pas de Bidault Honoré Francois et Louis Emile dans nos archives. Je suis vraiment désolé.. Recevez Madame nos salutations des plus cordiales.
      Laurent Bourcier
      Picard la Fidélité qui vous remercie …

  34. Isabelle GUESDON a écrit:

    Messieurs, merci pour votre travail

    Enfin un site à la mémoire des compagnons, je suis passionnée de généalogie, et mon arrière grand-père était Boulanger Compagnon du devoir et un homme de grande qualité (dires de ma grand-mère) son nom :
    Louis, Paul CHARPENTIER, dit Périgord va de bon coeur, né à Périgueux le 15 février 1872, décédé à La Rochelle en 1939 (boulanger à Esnandes 17) fils de Achile CHARPENTIER et d’Elisabeth DAUVERGNE.
    Si vous avez des documents ou informations sur ses apprentissages ou tour de france je serai comblée de pouvoir retracer sa vie de compagnon et lui rendre l’hommage qu’il mérite. Merci encore, Isabelle

    • Laurent Bourcier a écrit:

      Madame Guesdon,
      Par ce présent courrier, nous avons le plaisir de vous apporter une information concernant votre arrière grand père. Il est effectivement inscrit dans nos registre de réception, il a été reçu compagnon boulanger du Devoir, le jour de la Toussaint 1897 à La Rochelle. A ce jour nous ne possédons pas d’autres informations à son sujet, mais nous allons organiser des recherches plus approfondies. De votre côté, possedez vous des photos de votre arriere grand père ? Sa canne de compagnon, ou ses « couleurs » -rubans de tissus portés sur la poitrine le jour des cérémonies ? Ou tout autres documents en rapport avec le compagnonnage des boulangers ? Car nous sommes commes vous, nous aussi, nous sommes à la recherche de nos « ancêtres » qui nous ont transmis de générations en générations l’amour du bel ouvrage et de son prochain. Nous vous remercions d’avance.
      Salutations des plus cordiales
      Laurent Bourcier
      Picard la Fidélité

  35. PEREZ a écrit:

    Bonjour
    Je recherche dans la généalogie de mon épouse, un nommé PAGNIER François né à BESANCON, le 22/10/1780
    . Il était boulanger et sur son acte de mariage établi le 25/07/1802 à MONTMANCON (21), avec COTTENET claudine, il est marqué compagnon. Je ne trouve aucun descendant en côte d’or et je ne peux poursuivre la généalogie de ce côté.
    Pouvez vous m’aider.
    Mon a

    • Laurent Bourcier a écrit:

      Mosieur ou Madame Perez,
      Je viens vous repondre malheureusement , que l’ancetre de votre epouse , le nomme Pagnier , n ‘a put etre Compagnon du Devoir, en effet, le compagnonnage du Devoir chez les boulangers est ne vers 1810, et etait compose de jeunes hommes de 16 a 26 ans environs et celibataires.Votre ancetre par son mariage et son age, ne pouvait faire partie de notre societe.Le nom »compagnon » est souvent utilise pour signifier « ouvrier ».
      Nous vous souhaitons bonne recherche et merci d’avoir consulter notre site
      Cordialement
      Laurent Bourcier
      Picard la fidelite

  36. brisseau a écrit:

    Bonjour,
    Merci pour la réponse rapide à ma demande sur le compagnon Angevin la tranquillité.Si je retrouve d’autres renseignements ou documents le concernant, je vous en ferais part avec plaisir.
    Votre site mérite la recommandation faite dans la revue française de généalogie.La visite s’impose! Et encore bravo pour la qualité et le sérieux de votre travail.
    Cordialement,Christian

    • Laurent Bourcier a écrit:

      Monsieur Brisseau,
      Au nom des Compagnons boulangers et patissiers restes fideles au Devoir, je vous remercie, et dans l’attente et l’espoir donc d’un nouveau contact :-)
      Mes salutations des plus cordiales.
      Laurent Bourcier
      Picard la fidelite

      • Laurent Bourcier a écrit:

        Chers Amis de notre page genealogique ,
        Monsieur Brisseau, visiteur de notre site, dans un esprit d’echange et de construction, qui nous est cher, nous communique de nouvelles informations tres interessantes .
        Le gendre de la Mere Richoux, mere des compagnons boulangers de Nantes , marié а sa fille Marguerite est Arthur Celestin Giraudet, né le 28/ 01/1868 а La Jaudonnière en Vendйe et décédé а Nantes le 10/12/1919,compagnon boulanger, sous le nom de Vendeen sans gene.
        Angevin la tranquillité a deux freres, l’un compagnon passant charpentier du Devoir, Alphonse André Richoux, né en 1860 а Gonnord (aujourd’hui Vilanjou), Angevin l’enfant du génie de son nom de compagnon, et René Atanase nй en 1850 , fils de René Jacques Richoux , né en 1820 également а Gonnord (Valanjou) et charpentiers …
        Merci a Monsieur Brisseau qui est l’exemple meme des echanges que nous aimons, comme cela d’ailleurs a déj) été le cas sur notre page généalogique avec les descendants et amis de la famille Perier, une dynastie de compagnon boulangers de Libourne!!
        Merci a tous.
        Laurent Bourcier
        Picard la Fidélité

  37. Routier a écrit:

    Bonjour
    Je suis une descendante également de Jean , André Camille Richou « Angevin la tranquillité » . Ma mère m’a donnée en dépôt familial les couleurs de la Mère Richou, qui est sur la photo du Manoir de la Hautière à Nantes,et quelques objets.
    Je dispose aussi d’un ruban (si c’est bien le terme) noir qu’elle a porté après la mort de son mari.
    Je suis très intéressée, comme Christian Brisseau (nous cousinons!) pour en savoir plus sur cette branche de notre famille.
    Comme je dispose de photos, je voudrais vous en transmettre pour que vous puissiez de votre côté nous éclairer. Comment puis je vous envoyer ces photos?
    Merci d’avance pour votre aide dans nos recherches
    C R

    • Laurent Bourcier a écrit:

      Madame Routier,
      C’est avec plaisir que nous vous accueillons sur notre page genealogique, et bien sur que nous allons faire le maximum pour vous aider!! Comme nous le fesons actuellement a l’egard de Monsieur Brisseau , l’un de vos nombreux « cousins ».
      Pour ce qui est du ruban noir, est il borde d’un liseret blanc? est il gauffre de differents dessins comme la couleur de la Mere Richoux 1899, car si c’est le cas, il s’agit tres probablement d’une « couleurs » de deuil
      Pour ce qui est de l’etude de photos, il suffit de les scanner en haute definition, et les faire parvenir a cette adresse:
      laurentbourcier@mail.ru
      Je vous dit donc a bientot!! :-)
      Nos salutations des plus cordiales
      Laurent Bourcier
      Picard la fidelite

      • Laurent Bourcier a écrit:

        Madame Routier,
        Voici les nouvelles informations et recapitulatif concernants vos ancetres, que j’ai fait parvenir egalement a votre « cousin » Monsieur Brisseau, en vous souhaitant bonne reception!!
        Mes salutations des plus cordiales.
        Picard la fidelite

        Les « Richou » , une dynastie de compagnons.

        Rene Jacques Richou ,né le 9 avril 1820 – Gonnord, Maine et Loire, décédé le 11 août 1873 a Gonnord, à l’âge de 53 ans, Charpentier
        Marié le 23 septembre 184 a Gonnord , avec
        Thérèse, Jeanne MERIT, née le 20 février 1826 – Gonnord (Valanjou) , Maine et Loire, décédée le 19 mai 1902 a Gonnord à l’âge de 76 ans, Couturière.

        Fils et filles :
        1.Rene Anastase Richou charpentier 1850 Marié le 3 octobre 1876,a Gonnord, avec Jacquine Aimée BARJENTAY 1846

        2.Marie therese Richou 1854 Mariée avec Louis Delaunay

        3. Joseph Charles Richou 1856 1863

        4.Philemon Augustin Richou 1858 1858

        5. Therese Pauline Richou 1858

        6. Alphonse Andre Richou 1860 Angevin le genie du Devoir, Compagnon passant charpentier

        7. Athanase Pierre Richou 1862

        8. Gertrude Jeanne Pauline Richou 1864

        9.Jean Andre Camille Richou, Angevin la tranquillite Compagnon boulanger du Devoir adherant a l’Union Compagnonnique ,Second en ville de la cayenne des boulangers en 1891, secretaire adjoint des compagnons boulangers du devoir de Nantes, le 10 octobre 1895, est elu pere des compagnons de l’Union Compagnonnique de Nantes, né le 27 juillet 1852 a Gonnord,(49) , décédé le 18 novembre 1896 a Nantes, à l’âge de 44 ans, present a la declaration de deces :
        -Arthur Giraudet, Vendeen sans gene, CBDD de l’UC
        - Isidore Olivier, Nantais le genie du devoir CBDD UC.

        Marié avec :
        .Marie Henriette Marguerite Gaucher née le 22 décembre 1852 – Beaurepaire, Vendée , décédée le 30 novembre 1931 a Nantes , à l’âge de 78 ans, Hôtelière « Mère » des Compagnons boulangers du Devoir UC Nantes.

        Enfants de Jean Andre Camille Richoux , Angevin la tranquillite + Marie Gaucher Richoux :

        1-Marguerite, Thérèse RICHOU 1878 Mariée le 2 octobre 189 , a Nantes , avec Florentin, Arthur, Célestin, GIRAUDET, Vendeen sans gene CBDD UC ,premier en ville a Nantes en 1897 ; elu vice president le l’UC de nantes en 1904 ; decede a Nantes chez la Mere Richoux au 11 rue de la juiverie (son domicile). 1868-1919

        2-Henri Jean Richou, Nantais la tranquillite Compagnon relieur UC ,né le 25 janvier 1880 a Nantes, décédé le 15 juin 1916 – Thiaumont (Verdun) Meuse , mort pour la France , à l’âge de 36 ans .

        3-Jeanne Marie RICHOU 1878-1878

        4-Thérèse RICHOU 1882-1959 Mariée le 2 octobre 1899, Nantes, avec Jean-Louis LEFEUVRE, Nantais le prevoyant CBDD UC 1867-1947

        5-Rachel RICHOU 1889 Mariée le 26 octobre 1910, Nantes, avec Damas, Isidore CHEVALIER 1885-1917

        Remarques : a la reunion du 1 novembre 1920 de l’Union Compagnonnique de Nantes, une somme de 200 francs est vote a Mme Richoux, veuve d’Angevin la tranquilite , a titre d’indemnite morale. Madame Richoux offre a l’Union Compagnonnique des lithographies compagnonniques.

      • Laurent Bourcier a écrit:

        Chers Amis,
        Nous observons que la Madame Richou, Mere des compagnons boulangers a eut une vie bien difficile..
        Apres avoir perdu une fille en 1878, elle perd son epoux , compagnon boulanger,Angevin la tranquillite ,en 1896, puis son fils Henri Jean Richou, compagnon relieur, au combat en 1916, puis un an plus tard, son gendre Isirore Damas Chevalier, egalement au combat*, et pour terminer la triste liste, un second gendre,Arthur Giraudet, compagnon boulanger, en 1919 a son domicile..
        Que d’epreuves…
        Picard la fidelite
        * Chevalier Damas Isidore, ne le 10 decembre 1885 a Lavaud caporal au 234 eme regiment d’infanterie , decede a Courteau (Aisne) tue a l’ennemie le 14 juillet 1917

  38. Laurent Bourcier a écrit:

    Madame Janie Plantevin nous ecrit:

    Bonjour,
    Mon père, Gabriel JURUS, était boulanger pâtissier à Aubenas (Ardèche), entre 1936 et 1960. Je l’ai entendu parler des compagnons mais je ne sais pas dans quelle région il a fait son apprentissage. Peut-être avez-vous un moyen de m’aider à éclaircir cela ?
    Il avait environ 14 ans. Etant né fin 1913 cela porterait à 1927 ou 1928.

    Merci de me répondre, même si c’est négativement.

    J’aime bien le site et la démarche qui l’anime. J’ai toujours été très fière du métier de mon père.

    Cordialement

    Janie Plantevin

    • Laurent Bourcier a écrit:

      Madame Plantevin, bonjour,
      Dans un premier temps, merci pour vos encouragemants au sujet de notre site et de notre belle profession!!
      Pour ce qui est du rapport de votre pere avec les compagnons, nous n’avons trouve aucune trace, mais il faut savoir que le compagnonnage des boulangers a cette epoque ne s’ocupait absolument pas d’apprentissage, c’est apres leur apprentissage que les jeunes ouvriers quittaient leur foyer pour voyager la France.Ce qui ne veut pas dite que votre pere, n’est pas fait un apprentissage chez un compagnon..
      Nous sommes vraiment desole de ne pas pouvoir vous apporter une reponse positive a votre question.
      Merci. Recevez Madame nos salutations des plus cordiales.
      Picard la fidelite

  39. Christelle Mula a écrit:

    Bonjour et merci de votre très belle initiative!

    Tous les boulangers étaient ils compagnons? Ou bien pouvait on devenir boulanger sans avoir fait « son tour de France »?
    Il y a dans ma famille Alsacienne et Lorraine plusieurs boulangers mais je ne sais pas comment ils ont appris leur métier. Il s’agit de :
    André Baar, né le 26 janvier 1779 à Sarreguemines (57)
    Jean Riss né le 12 janvier 1849 à Rosheim ( 67)
    Xavier Philippe Joseph Riss né le 22 septembre 1868 à Rosheim
    Joseph François Xavier Riss né le 7 aout 1895 à Lunéville (54)

    Merci de vos informations et en tout cas merci de vos recherches!!
    Tres bonne journée,
    Christelle Mula

    • Laurent Bourcier a écrit:

      Madame Mula,
      Nous vous remercions de faire appel a notre service de genealogie.
      En reponse a votre premiere question, le compagnonnage des boulangers ne concerne absolument pas l’ensemble des ouvriers boulangers, c’est une tres faible minorite qui decide de faire leur tour de France. Il faut pouvoir et vouloir quitter le foyer famillaile, il faut etre celibataire, il faut satisfaire aux differentes epreuves profesionnelles au sein de la societe compagnonnique…
      Pour ce qui est de vos ancetres, malhereusement, nous n avons aucune trace.. il faut savoir que nous rencontrons tres peu d’Alsacien et de Lorrain sur le tour de France..
      Merci d’avoir fait appel a notre service, et recevez madame nos salutations des plus cordiales.
      Picard la fidelite.

  40. Dasse a écrit:

    Bonjour,
    Mon arrière-grand-père, Louis Auguste Hallier, était boulanger. Il est né le 28/11/1850 au Gault-Perche (28). Son frère exerçait également ce métier. Quant à lui, il est né le 10/03/1835 au Gault-Perche.
    Auriez-vous quelque information à leur sujet ?
    Merci de votre aide.

    • Laurent Bourcier a écrit:

      Monsieur Dasse,
      Suite nos recherches dans nos registres de reception de autres archives, nous sommes dans l’impossibilite d’affimer que le nomme Hallier ou encore Allier, ait ete compagnon boulanger du Devoir.
      Nous vous remercions d’avoir fait appel a nos services, car meme si notre reponse est negative, ce fut un plaisir de mener ces recherches.
      Recevez Monsieur Dasse , mes salutations des plus cordiales et respectueuses.
      Picard la fidelite.

  41. Dasse a écrit:

    Petite précision concernant son frère aîné, il s’appelait Pierre François Désiré Hallier. Il est né le 10/03/1835 au Gault-Perche (28).
    Bien cordialement,
    Franck Dasse

  42. Dasse a écrit:

    Bonjour Monsieur Bourcier,

    J’ai découvert avec intérêt votre site internet consacré aux Compagons Boulangers Pâtissiers.
    Mon arrière-grand-père Louis Auguste Hallier était boulanger de même que son frère Pierre François Désiré Hallier.
    Mon arrière-grand-père est né le 28/11/1850 au Gault-Perche (41270) et son frère aîné, le 10/03/1835 dans cette même commune.
    J’aimerais savoir s’ils faisaient partie de votre fédération de compagnons boulangers. Toute information à leur sujet me sera précieuse.
    En vous remerciant par avance de l’aide que vous m’apporterez, je vous prie de recevoir, Monsieur, mes respectueuses salutations.

    Franck Dasse

  43. Laurent Bourcier a écrit:

    Monsieur Pibarot nous communique:

    Bonjour Monsieur Boursier

    J’ai découvert votre site et j’ai été agréablement surpris de voir que les Compagnons entretenaient la mémoire de leur histoire et permettait au public d’y accéder. Je vous félicite et vous encourage pour cette initiative et votre travail.

    Je suis actuellement en train d’écrire une petite nouvelle sur l’histoire de mes arrière grand parents.

    Fernand MALET né en 1882 а Pourcieux dans le var de Casimir MALET et Thérèse BAPTISTI d’après l’histoire familiale aurait été Compagnon Pвtissier. On peut penser qu’il aurait commencer son compagnonnage vers l’age de 16-18 ans soit vers 1898-1900.
    D’après l’histoire familliale il aurai même fait un tour d’Europe et serait passé par (au moins) Lyon, Paris et Venise. A Venise il aurait observé le soufflage du verre et aurait transposé la technique au travail du sucre et il aurait été reconnu par ses préparations exceptionnelles en sucre soufflé ou étiré.
    En dehors des informations familiales orales, je n’ai aucun document ou objet témoignant de son compagnonnage.
    Toute information concernant Fernand Malet et son histoire en tant que Compagnon serait utile pour transmettre а ses descendants un belle histoire qui serait oubliée sans ce travail.
    Si vous avez besoin de plus d’information j’essaierai dans la mesure du possible de vous renseigner.

    Salutation cordiales,

    Patrick Pibarot

    • Laurent Bourcier a écrit:

      Monsieur Pibarot,
      Après de nombreuses recherches, je suis désolé, mais nous n’avons aucun Malet Casimir dans nos registres, de plus il faut savoir que les Compagnons du Devoir ont accueillit les pâtissiers qu’a partir de 1938. L’union Compagnonnique, elle a ouvert ses portes à ce metier dès le début du 20 eme siècle, mais il s’avère que de ce coté aussi, les recherches sont infructueuses..
      Il est possible que votre ancêtre est fait en tour de France en indépendant, comme cela se pratiquait aussi beaucoup a l’époque.
      Merci d’avoir fait appel à nos services et nous vous souhaitons bon courage dans vos recherches.
      Laurent Bourcier
      Picard la fidélité

      • Pibarot Patrick a écrit:

        Monsieur Boursier,

        Merci beaucoup pour ces recherches.

        Une petite précision, il s’agissait de rechercher FERNAND Malet et non de Casimir qui était son pére et cafetier.
        Son nom complet était MALET Fernand Eugène.

        Salutations cordiales
        P. Pibarot

      • Laurent Bourcier a écrit:

        Monsieur Pibarot,
        Je suis désolé pour cette erreur, et je m’en excuse.
        Malheureusement, pour Fernand Malet, la réponse est identique.
        Recevez nos salutations des plus cordiales.
        Laurent Bourcier
        Picard la Fidélité

  44. Laurent Bourcier a écrit:

    Madame Dambiel nous communique:

    Monsieur,

    Peut-on savoir si mon ancêtre Antoine Froidefond à été compagnon boulanger vers les années 1860-1868 ?
    Il serait parti du département de la Corrèze pour se rendre en Charente-Maritime.

    Je vous remercie pour vos informations et pour vos recherches.

    Bien cordialement

    E. Dambiel

    • Laurent Bourcier a écrit:

      Madame Bambiel,
      Ce présent courrier, pour vous informer que nous n’avons pas de trace de votre ancêtre dans nos archives, nous sommes vraiment désolés.
      Merci d’avoir fait appel à notre section généalogie.
      Recevez Madame nos salutations des plus cordiales.
      Laurent Bourcier
      Picard la fidélité
      CPRFAD

  45. Legallois Marie-Geneviève a écrit:

    Bonjour
    Bravo pour votre site et votre disponiblité, ce n’est pas rien d’être bénévole.
    Mon grand père Auguste QUINCE était boulanger à Loches où ila avait acheté son fond de commerce en 1913.
    Il était né en 1881. Je l’ai , enfant, souvent entendu parler de son Tour de France, mais je ne sais pas s’il était compagnon. Pouvez vous me dire si vous en avez trace ?
    Par avance merci de vos recherches
    Marie-Geneviève

    • Laurent Bourcier a écrit:

      Madame Legallois,
      Après une recherche dans l’ensemble de nos registres, je suis désolé, mais nous n’avons pas votre grand-père chez les Compagnons boulangers du Devoir.Peut être a t ‘il fait un tour de France en indépendant, sans adhésion a une société particulière, ou encore, membre de l’Union Compagnonnique ou/et des Compagnons Boulangers du Devoir de Liberté
      Merci pour vos encouragements et d’avoir fait appel à nos servives.
      Recevez Madame, nos respectueuses salutations.
      Laurent Bourcier
      Picard la Fidélité.

  46. Monique Dugleux a écrit:

    Bonjour

    Je découvre, avec plaisir, votre site.
    Mon grand père :
    DUGLEUX Léon ou GILBERT Léon (il est né GILBERT) né le 18-12-1876 dans les Deux-Sèvres, était boulanger.
    Il est parti de Pamproux (79), a voyagé et s’est marié en janvier 1903 à Charly sur Marne (Aisne).
    Peut-être a-t-il voyagé en tant que compagnon, mais je n’en suis pas certaine.
    Merci beaucoup de voir si vous retrouvez mon aïeul (DUGLEUX ou GILBERT). Cela serait super…

    Excellente journée et encore merci.
    Cordialement
    Monique

    • Laurent Bourcier a écrit:

      Madame Dugleux,
      Nous venons répondre a votre demande, malheureusement par la négative.. Nous n’avons aucune trace de Dugleux Léon, ou Gilbert Léon… Nous sommes vraiment désolé…
      Merci d’avoir fait appel a nos services, et nous vous souhaitons d’avoir plus de chance qu’avec nous, dans vos recherches ulterieurs. :-)
      Nos salutations des plus cordiales.
      Laurent Bourcier
      Picard la Fidélité

  47. Monique Dugleux a écrit:

    Bonjour

    Merci beaucoup pour votre aide. Je vais chercher son parcours en « individuel », dommage, cela m’aurait plu de le trouver en « compagnon », mais il ne m’a pas demandé mon avis… Je lui pardonne car il était un super grand père.
    Merci encore et excellente continuation.
    Peut-être à une prochaine fois.
    Cordialement
    Monique DUGLEUX

  48. Josiane ALVAREZ a écrit:

    Bonjour,
    Je cherche Jean Marie DUCLOS, boulanger à St Germain Laval dans la Loire en 1881, année de son mariage. Selon les actes en ma possession, il était boulanger quelques années avant chez son patron FELIX et au moins jusqu’en 1883, date de ° de sa seconde (et dernière ?) fille.
    Je ne retrouve pas trace de sa boulangerie, je ne suis pas certaine qu’il ait été compagnon mais je tente ma chance.
    Si votre réponse est négative, elle m’aura permis de découvrir votre site qui m’aura appris beaucoup au sujet des compagnons.
    Cordialement,
    Josiane Alvarez

    • Laurent Bourcier a écrit:

      Madame Alvarez,
      Merci d’avoir fait appel a notre service genealogie!
      Nous sommes heureux que grace a vos recherches vous ayez decouvert notre Federation des Compagnons boulangers et patissiers restes fideles au Devoir.
      Malhereusement, au sujet de votre ancetre, nous n’avons aucune trace dans nos registres…desole…Bonne genealogie!
      Laurent Bourcier
      Picard la fidelite

  49. Laurent Bourcier a écrit:

    Bonjour a tous.
    Monsieur Duval nous a communiqué ce message ce matin. Nous le remercions de nous avoir contacté. Nous allons effectuer les recherches nécéssaires.
    Mes amitiés a tous.
    Laurent Bourcier, Picard la Fidélité

    Bonjour Monsieur,

    je me permets de vous interroger а propos de plusieurs de mes ancêtres boulangers :

    Mon grand père DUVAL Norbert Gustave Joseph : né le 31/05/1907 а Clêres (76). Il a tenu avec son épouse une boulangerie à Dieppe puis Déville les Rouen et fut ensuite employé à la maison Perrier (boulangerie pвtisserie aujourd’hui fermée) à Rouen.

    Mon arrière grand père DUVAL Gustave Adrien : né le 2 août 1876 à Anglesqueville sur Saâne (76) aujourd’hui Val de Saâne (76) a tenu une boulangerie à Clêres puis а Déville les Rouen (les deux existent encore).

    LECLERC Gabriel Félix (marié а une de mes ancêtres) : né le 23 juin 1789 à Bacqueville-en-Caux (76) boulanger en 1838 probablement à Bacqueville-en-Caux

    DUVAL Thomas Mathurin (un arrière arrière … oncle) : né le 9/11/1798 а Manéhouville (76). Boulanger au moins entre 1823 et 1838 probablement à Manéhouville.

    BOULAY Guillaume : né le 7 décembre 1701 à Sotteville lès Rouen (76) probablement boulanger à St Etienne du Rouvray (76)

    CUMONT Joseph Benoit, boulanger et propriétaire en 1817 à Bourg de Saâne (76)

    CORUBLE Pierre Anthoine né le 13 août 1816 à Yvecrique (76). Boulanger en 1843 probablement à Yvecrique.

    DELABARRE Nicolas boulanger vers 1700 – 1730 peut-être à Torp Mesnil (76) ou à Lindebeuf (76)

    DELABARRE Nicolas Pierre né le 13 janvier 1739 à Lindebeuf (76) boulanger peut-être à Lindebeuf ou à Anglesqueville sur Saâne (76)

    DELABARRE Nicolas né le 18 novembre 1762 à Lindebeuf (76) boulanger en 1806 à Anglesqueville sur Saâne (76)

    LERAT Henri : Parrain d’une ancêtre pas а priori de lien familial. Boulanger en 1885 probablement à St Georges sur Fontaine (76)

    Je ne sais pas du tout si parmi eux se trouvaient des compagnons et malheureusement les documents de famille n’ont pas été conservés (ni les meubles et objets…).

    Merci par avance de votre réponse, bien cordialement,

    Bruno DUVAL

    • Laurent Bourcier a écrit:

      Monsieur Duval,
      Apres avoir effectue les recherches que vous nous avez demande, nous sommes desole, aucun de ces boulangers n’a ete Compagnon du Devoir..De plus il faut savoir qu’il est impossible qu’un homme ne avant 1788 ait ete compagnon du Devoir, en effet, notre societe est nee entre 1810 et 1811…et composee a cette epoque uniquement de jeunes boulangers ages de 18 a 30 ans.
      Merci d’avoir fait appel a nos services et bonne chance dans vos recherches!!
      Laurent Bourcier
      Picard la fidelite

  50. Laurent Bourcier a écrit:

    Chers Amis,
    Monsieur Viot, descendant de boulangers vient aujourd’hui, nous demander de lancer une recherches sur ces ancêtres, boulanger et charron.
    C’est avec plaisir que nous allons étudier cette dynastie d’artisans.
    Mes amities à tous.
    Laurent Bourcier
    Picard la Fidélité

    Bonjour Monsieur,
    Je suis à la recherche d’informations sur Jules Anatole VIOT, un de mes ancêtres né le 01/07/1852 à Fontenay Saint-Père dans les Yvelines (78). La transmission familiale dit qu’il était Compagnon Boulanger et qu’il avait fait son Tour de France en allant de Paris à Nantes à pied (son carnet de voyage aurait été conservé mais personne ne sait où…). Il s’est installé ensuite au n° 357 de la rue Saint-Martin à Paris, je suppose vers 1880, mais peut être avant. En tout cas il a arrêté sa vie professionnelle avant 1897, date à laquelle il était retraité à Saint Germain en Laye.

    Auriez-vous des informations sur son parcours de Compagnon (date d’entrée, dates du Tour de France, surnom) et ses responsabilités par la suite s’il en a eu?

    Je vous remercie par avance et vous prie de croire, Monsieur, en l’expression de ma parfaite considération.
    Grégoire Viot

    PS: son père Louis Désiré VIOT né le 29/09/1819 dans le même village était lui Compagnon Charron et je suppose qu’il a fait son Tour de France entre 1836 et 1841 avant d’exercer audit Fontenay Saint-Père. Sauriez vous vers quel organisme je pourrais me tourner afin de lui poser les mêmes questions que ci-dessus?

    • Laurent Bourcier a écrit:

      Monsieur Viot
      Apres avoir consulté l’ensemble de nos archives, je suis dans le regret de vous annoncer que nous n’avons aucun Viot dans celle ci. Je suis vraiment desole.
      Pour ce qui est du pere Compagnon Charron, aucune trace egalement a ce jour, mais de ce cote, les recherches continues..sait on jamais :-)
      Bonne généalogie, et peut être à bientôt.
      Nos cordiales salutations.
      Laurent Bourcier
      Picard la fidélité

  51. Laurent Bourcier a écrit:

    Chers Amis bonjour, Monsieur GERVAIS-QUENIART nous a envoyé ce message. Nous allons faire le maximum pour satisfaire a cette demande de renseignments.
    Mes amities a tous.
    Laurent Bourcier
    Picard la fidelite

    Bonjour !

    Mon arriиre grand-père Giovanni Gaspard PFRANGER était boulanger-pвtissier et venait de SENT dans les GRISONS oщ il est né le 05.05.1848. Un des ses ancêtres ayant été compagnon serrurier, peut-être a-t’il effectué le même parcours.

    Merci de me répondre

    Joлlle GERVAIS-QUENIART

    • Laurent Bourcier a écrit:

      Monsieur GERVAIS-QUENIART,
      Nous avons effectues les recherches que vous nous avez demande a propos de votre ancetre venant des grissons. Nous sommes desoles, aucune trace dans nos archives et registres.
      Merci d’avoir fait appel a nos services, et bon courage.
      Laurent Bourcier
      Picard la fidelite

  52. Laurent Bourcier a écrit:

    Tres Chers Amis,
    Monsieur Pascal Thomas nous a fait parvenir ce courrier hier soir, nous allons faire le maximum, comme a l’habitude pour satisfaire se demande.
    Mes amities a tous!
    Laurent Bourcier Picard la fidelite

    « bonjour suite ala lecture de votre site je me permets de vous ecrire pour savoir si vous aviez dans vos archives la trace de mes arrieres grands parents en tant que compagnon je suis issue d une famille de boulanger et je suis moi meme devenu boulanger mon grand a vais commence a dresser un arbre genealogique dont le premier boulanger retrouver remonte a 1830je voous envoie les noms avec les datesde naissance et les lieux ou ils ont exerces qui correspondent aux lieus de naissance .tout les lieux sont en charente maritime » lambert auguste jean en 1838 boulanger a la gripperie saint symphorien  » thomas jean honore ne en 1830 boulanger a pont l abbe d arnoult » thomas ernest honorene en 1866 boulanger a lagripperie saint symphorien  » thomas ernest edgard ne en 1895 boulanger a la gripperie saint symphorien merci d avance . Pacal Thomas

    • Laurent Bourcier a écrit:

      Monsieur Thomas,
      Nous avons effectue les recherches au sujet des Sieurs Lambert et Thomas. Nous sommes désolés, mais aucun n’est dans nos archives…
      Malgré cette recherche stérile, nous espérons que nous vous avons malgré tout, donné satisfaction.
      Nous vous remercions.
      Laurent Bourcier
      Picard la fidélité

      • Laurent Bourcier a écrit:

        Tres Chers Amis,
        Monsieur Thomas nous a envoye cette reponse qui est bien encourageante pour nos jeunes sur le tour de France. Nous le remercions profondement!

        « je tenais a vous remercier pour votre reponse, votre site est un regal, il nous redonne fierte dans notre metier et nous donne encore et encore l’envie de l’exercer en donnant le meilleur de nous meme .Bravo pour votre force constituee par cette solidarite que sont les compagnons je ne peux que regretter de ne pas avoir rencontrer votre corporation a un plus jeune age l’aventure doit etre belle.
        Bonne route a tous les compagnons boulangers! »

  53. Laurent Bourcier a écrit:

    Madame Sandrine Dubois, arrire petite-fille de Tourangeau l’ami du travail nous a envoye ce courrier aujour’hui:

    Monsieur,
    Je me permets de vous contacter afin de savoir s’il vous serait possible de me communiquer quelques renseignements que ce soit au sujet de mon arrière grand père, Henri DUBOIS, compagnon boulanger, dit “tourangeau l’ami du travail”.
    C’est tout ce que j’ai pu obtenir de mes recherches jusqu’ici. Peut-être vous serait(il possible de me renseigner sur sa date de réception au titre de compagnon. Il est né à Loches en 1872.
    Espérant une réponse de votre part, je vous prie d’agréer, Monsieur, mes salutations distinguées, ainsi que tous mes voeux pour cette nouvelle année.
    Sandrine DUBOIS.

    Nous la remercions pour ses bons voeux et allons faire le necessaire pour apporter satisfaction a sa demande.
    Merci Madame Dubois d’avoir fait appel a notre service genealogique et bonne annee 2013! :-)
    Laurent Bourcier Picard la fidelite

  54. Mme DUBOIS Sandrine a écrit:

    Je tiens a remercier chaleureusement M. Bourcier qui m’a permis d’en apprendre beaucoup sur mes ascendants compagnons boulangers. En effet, lorsque j’ai découvert ce site, j’ai tenté ma chance en envoyant une demande concernant mon arrière grand-père et, dans les 2 jours qui ont suivi, j’ai reçu non seulement beaucoup de renseignements mais également de bien précieuses photos.
    Bravo et encore mille mercis d’être autant disponible pour le public, c’est rare et je tiens à le faire remarquer.
    Excellente année et bonne route à tous les compagnons.
    Mme DUBOIS.

  55. Christiane Routier a écrit:

    Bonjour,
    Vous avez eu l’amabilité de m’aider à compléter la généalogie de mon ancètre Jean Richou, Compagnon Boulanger du Devoir, et de sa femme, Marie Henriette Gaucher, Mère des Compagnons, décédée en 1931 à Nantes.
    Suite à ma rencontre avec un Compagnon au Manoir de la Hautière à Nantes, où la photo des Compagnons boulangers de l’époque figure en bonne place, il m’a appris que les « mères » portaient aussi des noms de Compagnon. Comment pourrais-je retrouver celui de mon aieule?
    Il semble qu’elle ait fait deux fois le pélerinage à la Sainte Baume. Y a t il une trace du passage des Compagnons qui pourrait m’éclairer?
    Par ailleurs, je recherche toujours la date et le lieu de leur mariage. Est-il possible qu’un compagnon se marie au cours du Tour de France? Comment trouver la trace du passage d’un Compagnon dans une ville?
    Merci d’avance de vous pencher sur mes questions et de me donner des pistes de recherches pour mon aventure généalogique!
    Bien cordialemnt
    C Routier

    • Laurent Bourcier a écrit:

      Bonjour Madame Routier,
      Heureux de vous lire a nouveau sur notre page genealogique, nous allons essayer de repondre au mieux a vos interrogations :-)
      Pour ce qui est du surnom compagnonnique de Madame Richou, elle n’en portait pas, cela pour plusieurs raisons, sa premiere fonction en 1893 est mere des compagnons boulangers du Devoir, dit les amis de l’Union, de la ville de Nantes.. A cette epoque la pratique de surnom compagnonnique pour les mere n’existe pas encore dans notre Devoir de la boulangerie, de plus celle ci est reservee au mere generale du tour de France (reconnue par l’ensemble des cayennes du TDF, et non pas par une seule cayenne comme c’est le cas pour Madame Richou.
      Voici la liste des meres generales des Compagnons boulangers du Devoir:

      Mme Criteau, Tourangelle la Bien Estimée, reçue à Tours à la Toussaint 1898 ; Mme Cornibé, Parisienne la Bien Aimée, reçue à Paris à la Saint-Honoré 1930 ; Mme Cailleaux, Blésoise la Bien Aimée, reçue à Blois à la Toussaint 1946. Celle-ci sera la dernière Mère des CBDD.

      Au sujet de la Sainte Baume, il n y a pas de trace du passage de Madame Richou sur le livre de passage a la Sainte Baume des Compagnons du Devoir, etant donne que celui ci etait reserve au Compagnon du Devoir et fermer au Compagnons de l’Union Compagnonnique, societe dont elle etait mere..
      Il est possible qu’un Compagnon se mari lors de son Tour de France, car le tour de France n’est pas definit par un nombre d’annees ou de villes a visiter precisement… C’est a cette epoque le compagnon voyageur qui decide de son itineraire et du temps de voyage.
      Nous rencontrons aussi a cette epoque de nombreux compagnons, qui ne font pas de TDF, c’est la periode mutualiste du compagnonnage.
      Le seul et unique moyen de connaitre le tour de France d’un compagnon boulanger est de posseder son passport compagnonnique, car il n’a jamais existe de registre de passage des compagnons itinerants boulangers dans les villes de Devoir.
      Voila Madame Routier, je suis desole pour toute ces reponses qui n’apportent par de ble a votre moulin, mais qui ont quand meme le merite de vous eclairer sur des incertitudes.
      Une petite info que vous avez surement deja, mais c’est on jamais, Madame Richou est inhumee a Nantes au cimetiere La Bouteillerie (Carre F rang 7 fosse 10) (inceritude sur le rang, c’est 7 ou 1)
      Recevez Madame Routier nos salutations des plus respectueuses.
      Laurent Bourcier, Picard la fidelite.

  56. Laurent Bourcier a écrit:

    Madame Claudette Courbiere nous communique le 30 janvier ce message. Nous allons faire le maximum pour repondre a ses questions. Nous la remercions pour son courrier

    « Je recherche la trace ou plutôt le décès de Jean-Pierre COURTOIS (°1842 à Saint Bonnet des Bruyères) marié en 1874 avec Marie Antoinette Crozier et qui était ouvrier boulanger à la boulangerie Plassard Rue de Penthièvre à Lyon; il y était à la naissance de sa fille Marie en 1882 (il avait 40 ans et son épouse 28 ans)
    Il serait décédé suite à un accident de travail et la chute d’un sac de farine (rupture de la corde avec laquelle il le manoeuvrait) Cette information repose sur le témoignage de sa fille Marie qui situe le décès de son père dans les années 1896-1898…..mais je ne trouve aucune trace de ce décès dans les diverses sources : registres,convois funéraires, recensements,actes de mariage des enfants (2 filles à Paris en 1902 et 1904) L’acte de mariage de 1902 dit seulement que le père (Jean-Pierre Courtois) est décédé.
    Je ne sais si vous pourrez m’aider et me conseiller, mais d’avance je vous en remercie, restant à votre disposition ».
    C. Courbière

  57. Laurent Bourcier a écrit:

    Madame Courbiere, nous envoie ce 31 janvier un complement d’informations:

    « Sur le courrier que je vous ai adressé hier et concernant Jean Pierre Courtois et son frère Vincent, je peux compléter en vous donnant leurs dates et lieu de naissance.
    Ce sont deux frères, nés à Saint Bonnet des Bruyères dans le Rhône.
    Jean-Pierre est né le 14 05 1842 et Vincent de 4 ans plus jeune est né le 4 07 1846.
    Leurs parents sont : Jean Courtois et Jeanne Marie Tarlet ».
    C. Courbière

    • Laurent Bourcier a écrit:

      Madame Courbiere.
      Nous avons effectue les recherches necessaire pour trouver trace de Courtois dans nos archives.
      Malheureusement, je viens repondre par la negative, nous n’avons pas un seul Courtois Compagnon boulanger du Devoir sur deux siecles (1810 2012)
      Nous sommes vraiment desoles, et dans l’incapacite de vous fournir une piste pour vos recherches.
      Merci d’avoir fait appel a notre service et nous vous souhaitons de bonnes recherches.
      Recevez Madame nos salutations des plus respectueuses.
      Laurent Bourcier, Picard la fidelite

      • Laurent Bourcier a écrit:

        Monsieur,
        Je vous remercie beaucoup pour votre recherche et votre réponse aussi rapides.
        J’ai appris qu’à l’impossible nul n’était tenu et avec mes remerciements, je vous adresse mes meilleures salutations.
        C. Courbière

  58. Laurent Bourcier a écrit:

    Madame Patricia Andrey nous ecrit ce courrier le 31 janvier, nous allons ouvrir une recherche a ce sujet. Merci a Madame Andrey pour avoir contacte notre service genealogique.

    « Je rédige actuellement un ouvrage historique (sous forme de revue illustrée) pour perpétuer la mémoire et le sacrifice de mon arrière-grand-père Antoine Marius BARNON, né le 24 janvier 1887 à Roanne et mort pendant la Grande Guerre le 25/09/1915 (au cours de la deuxième offensive de Champagne). Il avait 28 ans.

    Avant de se transformer en fantassin, il exerçait la profession de patissier-confiseur :
    d’abord à Saint-Etienne (en 1911)
    puis à Roanne, où il était le chef patissier de sa propre maison (la maison Barnon) … jusqu’à la mobilisation.
    Serait-il, par hasard, enregistré quelque part dans vos archives ?

    Par ailleurs, j’aimerais en savoir plus sur le métier de patissier à l’époque, un métier difficile qui nécessitait je suppose un long et fondamental apprentissage.
    Existe-t-il à au début du siècle des écoles de formation sur Saint-Etienne ou sur Roanne ? Quel niveau devait-on avoir ?
    Pourriez-vous me donner quelques informations sur le sujet ?

    (Pour info, mon arrière-grand-père était un peu comme le célèbre patissier-poète Ragueneau dans Cyrano de Bergerac : je possède quelques cartes postales de son flirt d’antan avec mon arrière-grand-mère, qui témoignent qu’il y avait beaucoup d’esprit, de panache et de poésie dans sa façon d’écrire).

    Merci beaucoup par avance pour votre attention.
    A votre disposition pour de plus amples renseignements.
    Bonne fin de journée »
    Patricia Andrey

    • Laurent Bourcier a écrit:

      Madame Andrey bonjour,
      Apres une recherche assez rapide malhereusement, nous sommes dans le regret de vous informer que votre arrière-grand-père Antoine Marius BARNON n’etait pas compagnon du Devoir, cela pour la simple raison qu’en 1911, il n y avait pas de Compagnon du Devoir dans l’art de la patisserie.
      Voir:
      http://www.compagnons-boulangers-patissiers.com/crebesc/le-premier-compagnon-patissier-le-connaissons-nous/
      Pour ce qui est de la formation, a cette epoque il n’ya a aucune ecole de patisserie, le metier s’apprend sur le tas , a l’age de 13 14 ans…l’apprenti fait toute les petites taches, preparer les oeufs pour les conserver dans la chaux, casser les oeufs pour les preparations; livrer les marchandises, le petit patissier livrant les patisserie est une image tres populaire (cartes postales, chromos et peinture – Paul Charles Chocarne-).
      Le chauffage des fours se fait au bois, l’approvisionement du four en fagots est aussi l’un des travaux du petit patissier.
      ce n’est qu’apres une periode pouvant variee entre 2 a 3 ans, que l’apprenti devenait commis…
      En esperant avoir repondu a vos interrogations, recevz madame Andrey nos salutations des plus respectueuses.
      Laurent Bourcier, Picard la fidelite.

      PS : lorsque votre ouvrage sur votre arriere-grand-pere serat realise, nous vous proposons de la presenter gracieusement sur notre site et forum, car tout ce qui touche au passe de nos professions a travers les hommes qui l’ont pratique interesse nos lecteurs et nous meme.

      • Laurent Bourcier a écrit:

        Bonjour Monsieur Bourcier,
        Merci infiniment pour votre rйponse rapide et pour tous ces renseignements.
        Sur une carte postale datйe du 24 octobre 1907, je viens de trouver une info intйressante : il travaillait alors chez Boissonnet Patisserie au n° 10 du Faubourg Montmartre а Paris.
        Merci pour votre proposition de prйsenter mon ouvrage. Il sera conзu sous la forme d’une revue illustrйe.
        Trиs belle journйe,
        Patricia Andrey

  59. Laurent Bourcier a écrit:

    Chers amis de notre page genealogique, Monsieur Claude Chartier nous a envoyé hier ce message:

    Cher Monsieur,

    Je viens par ce prйsent vous faire part d’une demande concernant mon aпeul monsieur Ernest Menager Boulanger.

    Il est nй а Tours le 16 octobre 1865 de son nom de compagnon Tourangeau l’Ami des Arts reзu en 1883

    Je recherche le maximum d’informations le concernant.

    Pouvez-vous me venir en aide ?

    En vous remerciant par avance,
    Cordialement,

    Mr CHARTIER.

    Nous pouvons répondre tout de suite à Monsieur Chartier qu’ Ernest Menager fait partie des figures du Compagnonnage boulanger du Devoir entre 1885 et 1910.
    Je peut dire aussi que depuis 15 ans, j’ai un dossier constitué au nom de son arrière-grand-père de plus de 20 articles de sa plume, diffusés dans les différents journaux compagnonniques, entre 1885 et 1928).
    Nous allons nous faire un plaisir de lui faire parvenir toute ces informations.
    Nous allons encore à notre grand bonheur, dans un esprit de partage d’informations, écrire une nouvelle page biographique du Compagnonnage de la boulangerie!
    Merci a Monsieur Chartier d’avoir fait appel à notre service généalogique.
    Laurent Bourcier, Picard la Fidélité

  60. Patricia Edeline a écrit:

    Bonjour,

    Je sais uniquement que mon arrière grand-père
    EDELINE, Constant Eugène Ludovic, né à Cahagnes (calvados) le 5 juin 1892 et décédé le 17 mars 1981 à La Queue en Brie (94) était compagnon du devoir mais nous n’avons aucun document.
    Auriez vous une copie, des documents?
    Ci-dessous son parcours d’apprentissage dont j’ai copie des certificats émis par les professionnels correspondants.

    Bayeux, Pager (?)- 10 Fevrier 1906 au 14 juin 1906- porteur de pain
    Tronquay_ Alphonse Langlois juin 1906- Apprenti boulanger
    Rouen- G. Botté, 19 avril au 4 juillet 1909- second
    deux mains
    Le Havre- J. Devaux, Novembre au 21 février 1909
    Rouen, Sainte croix, ouvrier boulanger Février 1909-Fevrier 1910
    Nonancourt- A. Chevallier, septembre 1911- ouvrier boulanger
    Chaville (Seine et Oise)- A. Baron, 20 juin au 6 mars 1913- brigadier

    Brevet provisoire de boulanger coq- Marine Nationale- Boulogne s/mer, 1 septembre 1916
    Brevet élémentaire de boulanger coq- marine nationale , Brest, 1 Octobre 1917.

    Boulangerie EDELINE, St Maur des Fossés
    Boulangerie EDELINE, Rue Gay Lussac, Paris 6º (jusqu’en 1945?)

    Dans l’attente de vous lire.
    Cordialement,

    PAtricia Edeline
    patricia.edeline@mail.telepac.pt

    • Laurent Bourcier a écrit:

      Bonjour Madame Edeline,
      En effet, votre arrière-grand père était bien Compagnon Boulanger du Devoir, il fut reçu à Paris, le jour de la Saint Honoré 1920, sous le noble nom de Normand la Haute Conscience.
      Pour ce qui est des documents et autres informations à son sujet, nous avons besoin d’un peu de temps…
      Nous espérons que cette première petite information apporte déjà un peu « de farine à votre pétrin » ;-)
      Dans l’attente de nouvelles informations, recevez Madame Patricia Edeline nos salutations des plus respectueuses.
      Laurent Bourcier, Picard la Fidélité.

  61. MONTAGNE a écrit:

    A l’attention de Laurent BOURCIER – Picard la fidélité.

    Le Tourangeau rencontré à Dijon nous a donné votre nom : nous disposons d’informations et de documents concernant une mère aubergiste à Lyon vers 1870 : Madame Julie Françoise GALLE née GRAND.

    Pourriez-vous si cela vous intéresse nous faire parvenir votre adresse mél.

    Très cordialement,

    D. MONTAGNE

    • Laurent Bourcier a écrit:

      Monsieur et Madame Montagne.
      Dans un premier temps je tiens avant tout a vous remercier pour ce courrier qui s’annonce prometeur!!!
      Nos Compagnons de Dijon m’ont informe de votre rencontre lors de la foire gastronomique, mais aussi a leur fete de la galette des Rois! :-)
      En effet, cette Dame Galle nee Grand, est tres certainement l’epouse de Felix Galle, Dauphine l’assurance du Devoir, ou encore de son frere Francois Galle, Dauphine l’enfant de la victoire..ou encore peut etre des deux! :-)
      c’est avec plaisir que je vous communique mon adresse afin de nous echanger nos informations, sur vos ancetres, qui sont aussi d’une certaine facon les notres.
      Laurentbourcier@mail.ru
      Recevez Monsieur et Madame Montagne, mes salutations des plus cordiales et respectueuses.
      Laurent Bourcier, Picard la fidelite, C.P.R.F.A.D.

  62. Collé Robert a écrit:

    Bonjour,

    Très belle initiative que la vôtre.
    Je vous serait reconnaissant de me faire connaître si mon grand père : Charles Robert Collé né à Bussang le 23/12/1867 et décédé le 9/4/1905 à Saint Etienne les Remiremont où il était boulanger, aurait été Compagnon ?

    Par avant merci.
    Bien cordialement
    Bob

    • Laurent Bourcier a écrit:

      Monsieur Colle,
      Nous avons réalisé les recherches dans notre base , mais nous sommes désolés.. pas de Charles Robert Colle…
      Merci pour le compliment au sujet de notre page généalogique, nous espérons que d’autres sociétés Compagnonniques s’inspireront de notre démarche.
      Nes salutations respectueuses.
      Laurent Bourcier, Picard la Fidélité.

  63. Honorat Laurent a écrit:

    Bonjour,
    Il en ont de la chance les Patissiers-boulangers d’avoir ce site…!!!
    A quand la même chose pour les marbriers… même si je crois savoir qu’ils n’étaient pas compagnon…!!!?
    Bonne continuation
    Laurent

  64. sandrine DUBOIS a écrit:

    Un grand merci Picard la fidélité pour votre sérieux et surtout de nous avoir, mon papa et moi-même, apporté tous ces précieux renseignements sur notre famille.
    Cordialement.
    Sandrine.

    Monsieur Bourcier bonjour,

    Je m’appelle DUBOIS Christian et suis le petit fils de Henri DUBOIS : Tourangeau l’ami du travail et neveu de Camille DUBOIS : Tourangeau beau desir.

    Ma fille Sandrine à pris contact avec vous et vous lui avez envoyé des photos et des renseignements concernant mon Grand Père. Bien sur, elle me les a fait suivre, je vous en suis très reconnaissant et vous en remercie. Ce sont pour moi des documents très intéressants et importants.

    Mon Grand Père devait se trouver en Seine et Marne (maintenant Val de Marne 94) au PERREUX en janvier 1908, date et lieu ou est né mon Père, Henri, le 17 janvier.

    Je pense, aux beaux jours, venir à Tours pour visiter le Musée du Compagnonnage.

    Je vous renouvelle mes remerciements, je vous prie de croire en mes meilleures salutations.

    Christian DUBOIS

  65. Laurent Bourcier a écrit:

    Nous venons de recevoir un courrier de Madame Nicole Alibert- Giocanti, nous pensons que nos recherches vont lui reserver de belles et bonnes surprises!! ;-)
    Picard la fidelite

    Bonjour Monsieur,

    Mon arrière grand-père Jacques Bardon était boulanger ainsi que ses trois frères.

    Membre d’une association de généalogie, j’aimerais présenter un travail sur cette fratrie.

    Je recherche des informations sur leur parcours professionnel et c’est avec beaucoup d’intérêt que j’ai consulté votre site qui m’incite à poursuivre.

    Les renseignements que je possède actuellement sont les suivants :

    • L’aîné, Pierre Aimé Bardon (1853 Béruges 86 – 1918 Paris 3ème) était boulanger

    en 1873, probablement à Paris ou dans une commune du département de la Seine comme il est indiqué sur sa fiche matricule, puis restaurateur rue Charlot à Paris 3.

    • Le second, Jean Louis André Bardon (1856 Béruges 86 – 1916 Poitiers 86) fût ouvrier boulanger à Poitiers.

    • Jacques Bardon (1865 Montreuil Bonnin 86 -1915 Alfortville 94) exploita un fonds de commerce, 43 rue Véron à Alfortville de 1904 à 1915.

    • Le dernier, Paul Pierre Bardon (1868 Montreuil Bonnin 86 -1910 Montreuil 93) exerçait rue de Paris, à Montreuil, en 1903.
    Selon un témoignage familial recueilli, seul Pierre Bardon aurait été compagnon.

    Pourriez-vous me le confirmer ?

    De même, Camille Alix Georges Tessier (1895 St Avaugourd des Landes 85 – 1918 Pars les Romilly 10)

    conjoint de ma grand-mère maternelle en premières noces aurait été compagnon boulanger dit « vendéen la gaieté ».

    Je vous remercie par avance pour votre aide.

    Dans l’attente de vous lire, recevez mes cordiales salutations.

    Nicole Alibert- Giocanti

    • Laurent Bourcier a écrit:

      Madame Nicole Alibert- Giocanti,
      C’est avec joie que je viens repondre a votre sympathique courrier.
      Pierre Bardon etait bien compagnon boulanger du Devoir, recu a Blois a l’Assomption 1874 sour le noble nom de Poitevin plein d’honneur.
      Son epouse etait Mere des Compagnons boulangers et tonneliers doleurs du Devoir de la ville de Paris de 1904~1908 a 1914~1918 au 16 rue Charlot qui etait aussi a cette epoque le siege du « Ralliement des Compagnons restes fideles au Devoir »
      (les dates exact reste a definir).

      Par contre, voici une petite nouvelle! :-)

      ils ont eut un fils nomme Charles Aime Victor qui fut recu lui aussi Compagnon boulanger, a Paris a Paques de l’an 1900, sous le noble nom de Parisien la clef des coeurs.

      et voici une autre petite nouvelle ! :-)

      Jean Louis Andre Bardon, second frere, fut lui aussi Compagnon boulanger du Devoir, recu a Orleans a la Toussaint 1876 sous le noble nom de Poitevin l’ami de l’honneur.

      Pour ce qui est de Venden la gaite, oui, effectivement Tessier Camille a bien ete Compagnon boulanger du Devoir recu a Tours pour l’Assomption 1892, mort pour la France le 1 septembre 1918, de blessures de guerre.

      Sans etre « Madame soleil » je vois un tres bon article pour le CREBESC qui pointe son nez !!! :-)

      Merci Madame Nicole Alibert- Giocanti d’avoir fait appel a notre service.

      Picard la fidelite

  66. Laurent Bourcier a écrit:

    Madame Marie-Pierre MERCADIEL, nous communique ce message aujourd’hui. Nous allons faire le maximum, pour lui repondre dans le delai le plus court.

    Bonjour Monsieur,

    Je recherche des informations sur SENNEPIN Jules né à MONTBEUGNY dans l’Allier, âgé de 37 ans quand il est témoin au mariage de son frère Jean baptiste Eugène le 17 avril 1900 ; à cette date, il est boulanger domicilié à PARIS.

    Etait-il “compagnon boulanger” ? Auriez-vous des informations à me faire partager à son sujet ? J’essaie de retracer le passé des ancêtres de mes enfants et petits enfants et si vous aviez des documents au sujet de Jules SENNEPIN, je vous en serais reconnaissante.

    Bonne réception,

    Marie-Pierre MERCADIEL

    • Laurent Bourcier a écrit:

      Madame MERCADIEL,
      Oui, en effet Picard la fidelite ;-)
      je suis vraiment desole, mais aucun Jeandet dans nos registres…
      Je vous souhaite un bon WE et bon courage!
      Cordialement et respectueusement.
      Laurent Bourcier, Picard la fidelite

      Bonjour Monsieur BOURCIER,

      Merci pour vos recherches, tant pis si ces deux ancêtres boulangers n’étaient pas “compagnons” : je trouve que c’est une belle aventure que d’effectuer son apprentissage auprès de maitres qui transmettent leur bonheur du “savoir faire” et un bon état d’esprit qui n’existe plus beaucoup de nos jours : pour tout vous dire, j’aurais aimé que mon fils (très créatif et doué de ses mains) soit “compagnon ébéniste”, mais on ne choisi pas l’avenir de ses enfants…

      Bonne fin d’après midi et bonne continuation pour la recherche des autres généalogistes,

      Marie-Pierre MERCADIEL

  67. Laurent Bourcier a écrit:

    De la part de Monsieur Thierry Souchon, que nous remercions de nous avoir contacte:

    Bonjour,

    je viens de trouver votre site web et je me permets donc de vous exposer le but de mes recherches.
    Mon arrière Grand père Jean Marie SOUCHON né le 25/12/1979 à St Maurice de Lignon (43) a ensuite été boulanger à saint Etienne (42).Avant de prendre sa première boulangerie à Beauzac (43) en 1904, il semble qu’il ait vécu 1 an sur le lieu d’une boulangerie qu’il a reprise par la suite en 1907 et qui se trouvait au 10 grande rue Saint Roch à Saint Etienne (42).
    A-t-il appartenu à votre tradition de compagnonage ?
    Merci d’avance pour toute aide !
    Bien cordialement
    Thierry Souchon

    • Laurent Bourcier a écrit:

      Monsieur SOUCHON bonjour,
      Apresa voir effectue une recherche dans nos registres, j’ai le regret de vous informer que nous n’avons aucun SOUCHON recu Compagnon boulanger du Devoir. Je suis vraiment desole…
      Mais il reste encore une infime piste, le Compagnonnage des boulangers du Devoir de Liberte qui etait tres bien implante a Saint Etienne..mais un manque considerable de document les concernant ne nous permet pas d’affirmer une appartenance.
      Meci d’avoir contacte notre service genealogique et nous vous souhaitons bon courage pour vos travaux! :-)
      Picard la fidelite

  68. Laurent Bourcier a écrit:

    Courrier recu ce jour 1 juillet 2013, de Monsieur Claude Chartier, petit-fils d’Ernest Menager, « Tourangeau l’ami des arts »:

    « Début février 2013, jai voulu rechercher le parcours de mon grand-père qui a été Compagnon boulanger en 1883. Non seulement j’ai retrouvé une partie de son parcours avant son mariage, mais surtout grace aux articles de presse transmis par Laurent Bourcier, j’ai découvert un grand-père écrivain et polémiste, tout à fait différent de celui que j’avais connu dans mon enfance, « taiseux » comme pas un !
    En plus, grace à une enquête à la « Sherlock Holmes » de Picard la Fidélité, j’ai pu revoir sa canne de compagnon que j’avais vue pour la derniére fois sur son cercueil en juillet 1944 ce qui a été pour moi très émouvant.
     Un des petit-fils de « Tourangeau l’ami des arts »…et fier de l’être! »

    Cette recherche sur Tourangeau l’ami des arts fait partie des plus passionnantes, mais aussi des plus agreables etant donne les echanges sans retenues d’informations entre les acteurs de cette enquete.
    Grace a Monsieur Claude Chartier, deux articles veront prochainement le jour, le premier sur la page du CREBESC presentant un portait de Tourangeau l’ami des arts, et le second sur la page INFOS de notre site RFAD, relatant cette incroyable aventure : « A la recherche de la canne de Tourangeau l’ami des arts ».

    Merci a Monsieur Chartier, « un des petit-fils de Tourangeau l’ami des arts, et fier de l’etre » , et qui a bien raison d’en etre fier !
    Picard la fidelite

  69. Laurent Bourcier a écrit:

    Chers amis de notre page généalogique, Monsieur Raymond Marty nous a envoyé hier ce message, nous allons faire, comme a notre bonne habitude,le maximum pour l’aider dans ses recherches:

    Cher Monsieur,

    Je recherche des informations concernant Jean Marie SUBERT, boulanger en Aveyron, né le 4 février 1847 à Joué-les-Tours (Indre et Loire).
    Issu d’une famille originaire du Puy-de-dôme, il semble qu’il ait eu pour « nom de compagnon » : Clermont, cœur joyeux. Si vous aviez des informations à me communiquer à son sujet, je vous en serais très reconnaissant.

    Vous remerciant par avance pour votre aide.

    Bien cordialement.
    Raymond Marty

    • Laurent Bourcier a écrit:

      Chers amis bonjour;
      Nous avons le plaisir d’informer Monsieur Marty que le boulanger SUBERT est bien compagnon boulanger du Devoir, enregistre sous le nom de Clermont coeur joyeux.
      Celui-ci a été reçu à Chalon-sur-Saône à la Noël 1866, au tout début de l’activité de ce Cayenne.
      À ce jour, ce sont les seuls renseignements que nous pouvons fournir, mais les recherches continues!
      Laurent Bourcier
      Picard la fidélité

  70. Marty a écrit:

    Un grand merci au Compagnon Laurent Bourcier pour la rapidité de ses recherches ! Je recommande vivement ce site de généalogie pour son sérieux et son efficacité !
    Bien cordialement,
    R.MARTY

  71. Claude REBIERRE a écrit:

    Un grand merci au précieux Picard la fidélité à qui j’ai soumis une petite énigme dont il parlera si bon lui semble un jour prochain (je lui en laisse la primeur!).

    Merci à lui pour son incroyable savoir, sa disponibilité, son implication et la richesse de ses échanges : ce Compagnon là, c’est de l’or et beaucoup mieux que Sherlock Holmes…

    L’idée de ce véritable « service généalogique » est absolument formidable et je ne peux que reprendre ce que disait une autre personne sur ce site : si seulement la même chose pouvait exister pour d’autres corporations mais voilà… c’est affaire de conviction et de fidélité ! Et question fidélité, l’ami Picard… il sait ce que cela veut dire.

    Bravo.

    Bien cordialement,

    Claude REBIERRE

  72. Laurent Bourcier a écrit:

    Madame Baty, nous communique:

    Votre site intéressant, m’incite à tenter ma chance pour obtenir plus de précisions sur la vie d’une personne de ma famille MORINIERE Auguste, Eugène né à Jallais (49) le 25.07.1860 sans descendance, « ouvrier boulanger » en 1882 à Segré (49) en 1883 à Bressuire (79) en 1884 Evreux et de 1885 jusqu’à son décès en 1929 à Paris. J’aimerai savoir s’il était compagnon ?

    Je vous remercie d’avance,

    BATY Annick

    • Laurent Bourcier a écrit:

      Madame Baty;
      Après une recherche effectuée dans nos registres, je suis désolé de vous apprendre que nous n’avons aucun Moriniere d’enregistre aux 19 et 20e siècle.
      Merci d’avoir fait appel a nos services.
      Cordialement
      Picard la fidélité

  73. Laurent Bourcier a écrit:

    Très chers lecteurs de notre page généalogique bonjour,

    Voici aujourd’hui un message « particulier » que nous venons de recevoir, en effet, c’est la première fois que nous recevons un message de l’étranger, il vient des U.S.A. de la ville de Nashua, située dans l’État du New Hampshire. Nous sommes très heureux, et je dirai même fier, que nos travaux est attirés l’attention d’un lecteur d’Amérique.

    « Bonjour Monsieur,
    je suis intéressé par l’obtention d’informations concernant un Louis Huberdeau (Huberdeaux) . Son épouse était Therese Dauphin. Ils sont boulangers à Paris entre 1695 et 1722. ils sont paroissiens de saint Sulpice. Il décède en 1722.
    Merci pour votre aide.
    Maurice Huberdeau
    Nashua NH 03060 USA

    • Laurent Bourcier a écrit:

      Monsieur Huberdeau bonjour,
      Ce boulanger Louis Huderbeau n’a été Compagnon du Devoir, il est en effet impossible qu’un homme décédé 1722 ait été Compagnon du Devoir, en effet, notre société est née entre 1810 et 1811…et composée à cette époque uniquement de jeunes boulangers âgés de 18 a 30 ans.
      Merci d’avoir fait appel à nos services et bonne chance dans vos recherches!!
      Laurent Bourcier
      Picard la fidélité

  74. Laurent Bourcier a écrit:

    Apres les USA, voici un petit message du Luexembourg! :-)

    Bonjour Monsieur Bourcier,

    J’ai trouvé votre site « Compagnons Boulangers et Pâtissiers » à travers l’édition 2014 d’Internet Généalogie, numéro spécial de « La Revue Française de Généalogie ».

    Ce site est vraiment très bien fait et très intéressant. J’ai appris beaucoup de choses que j’ignorais jusqu-là, étant donné qu’à ma connaissance un équivalent luxembourgeois de ces « Compagnons du Devoir » n’existe pas.

    Je suis d’origine française par la branche de ma grand-mère paternelle. Elle était originaire de Reims. Il se trouve qu’un de ses arrière-grands-pères était boulanger, et c’est pour cela que je me permets de vous contacter.

    Voici les renseignements dont je dispose: il s’agit de Nicolas Julien Leblanc, né le 10.2.1819 à Fismes (51), de Nicolas Leblanc et Restitue Coquet. Lors de son mariage, le 10.5.1841 à Reims avec Marie Josèphe Clémence Bicheron, sa profession est « boulanger ». Lors du recensement de la population de 1851, il est mentionné comme boulanger et débitant résidant à Bourgogne (51), 31 place de la Choquelaine. Il a dû retourner à Reims plus tard (raison inconnue), car il y est décédé le 21.11.1884.

    J’aimerais donc savoir si éventuellement cet ancêtre était un compagnon boulanger mentionné dans vos documents d’archives. Tous les renseignements à ce sujet seraient les bienvenus.

    En vous remerciant d’avance pour votre aide, je vous adresse mes salutations cordiales et respecteuses.

    Bonne Année 2014!

    Jacques Zimmer
    Luxembourg

    • Laurent Bourcier a écrit:

      Monsieur Zimmer bonjour.

      J’ai realise une recherche sur votre ancetre, malheureusement pas de trace de Nicolas Julien Leblanc…

      Il faut savoir qu’au 19 eme, les Compagnons boulangers etaient implantes dans l’est de Paris, a Troyes uniquement, les etapes du tour de France dans cette partie de la France etant Paris, Troyes, Dijon; les compagnons boulangers s’implantent dans l’est qu’a partir de 1950 (Stasbourg, Reims).

      L’absence d’etape engendre une absence de recrutement dans la region…

      Je suis vraiment desole..

      Une question a mon tour, vous me citez une publication ou vous avez decouvert notre site, est ce celle-ci?

      http://www.rfgenealogie.com/le-magazine/37-internet-et-genealogie-2014

      Merci d’avoir fait appel a notre service et d’avoir visite notre site, et malgre nos recherches infructueuses nous comptons sur vous pour le faire connaitre autour de vous. :-)

      Je vous souhaite a mon tour mes meilleurs voeux pour 2014 , et que le pain soit encore meilleur qu’en 2013! :-)

      Cordialement et respectueusememt

      Laurent Bourcier, Picard la fidelite
      CPRFAD

      • Laurent Bourcier a écrit:

        Bonjour Monsieur Bourcier,

        Merci beaucoup d’avoir entrepris cette recherche au sujet de mon ancêtre, Nicolas Julien Leblanc.

        C’est dommage qu’il n’était pas un compagnon, mais nous ne pouvons pas influencer les faits du passé.

        Quant à la publication mentionnant votre site, il s’agit effectivement de celle que vous mentionnez dans votre aimable réponse.

        Meilleures salutations,

        Jacques Zimmer

  75. Laurent Bourcier a écrit:

    Chers lecteurs bonjour,
    Nous recevons aujourd’hui ce courrier, nous allons bien sur lancer une recherche!

    Bonjour,

    Je vous sollicite aujourd’hui en espérant que vous pourrez m’aider dans mes recherches, concernant des parents, boulangers sur paris.

    J’essaie aujourd’hui de « tracer » ces boulangeries, de confirmer leur lieu et qui en était le propriétaire, ect… Je ne sais pas ce qui existe comme répertoire ou annuaire des artisans boulangers.
    Peut-être un répertoire consultable en ligne même ?

    Voici mes informations :

    LANIER Alexis Henri Louis – boulanger de 1880 à 1903
    Adresse connue (de la boulangerie ?) : 64 rue des Marais, Paris 10e
    Adresse connue (2e boulangerie ?) : 9 rue Grenéta, Paris 2e – puis 44 rue Grénéta, Paris 2e

    LANIER Alexis Denis – boulanger de 1866 à 1891
    Adresse connue (de la boulangerie ?) : La Houssaye-en-Brie (77-Seine et Marne)

    . . . .

    Je reste à votre disposition pour toute question éventuelle. À l’avance, merci.
    En attendant, je vous prie de bien vouloir croire, Madame,Monsieur, en mes sentiments les plus redevables.


    J.Lanier

    • Laurent Bourcier a écrit:

      Monsieur Lanier bonjour,
      Merci de faire appel à notre service généalogique.
      Nous avons effectué une recherche sur vos ancêtres dans nos archives compagnonniques, pas de trace…
      Pour ce qui est d’autres archives, nous pensons aux Annuaires de la Boulangerie, adressez-vous au syndicat patronal de la boulangerie, 7 Quai Anjou, 75004 Paris, qui possède de nombreuses archives… avec un peu de chance… ;-)
      Bon courage dans vos recherches.
      Cordialement.
      Laurent Bourcier

      • Laurent Bourcier a écrit:

        Bonsoir,

        Merci pour cette réponse rapide.
        Je vais donc me rediriger vers le Syndicat. Encore merci.
        Cordialement,
        J.LANIER

  76. Laurent Bourcier a écrit:

    Chers Amis de notre page genealogique bonjour, voici un courrier recu ce jour, nous commencons des a present les recherches ! :

    Bonjour,

    Tout d’abord bravo pour votre site si riche et intéressant!!!
    Peut-être pourriez vous m’aider à retrouver la trace de mon grand-père Georges Arthur Henri FLEURY
    Né le 1er Février 1896 à Villevêque (49) près d’Angers et aujourd’hui décédé.
    Il m’a souvent raconté qu’il avait été compagnon et fait à ce titre son tour de France.
    Je ne me souviens plus des villes où il a travaillé mais Il est devenu patron boulanger au Vésinet (78) vers 1924. et à fondé le syndicat
    des boulangers de St Germain-en-Laye et des environs.
    Faisait-il partie de votre organisation?? Et retrouvez-vous sa trace??
    Dans l’affirmative, je vous remercie sincèrement de bien vouloir me communiquer tous les renseignements le concernant.
    Dans la négative, peut-être pourriez vous m’indiquer où je dois m’adresser pour aboutir dans cette recherche qui me tient à coeur.
    Bien cordialement

    Jean-Pierre Fleury

    • Laurent Bourcier a écrit:

      Monsieur Fleury bonjour;
      J’ai bien reçu votre courrier à propos des recherches sur votre grand-père, était-il compagnon ou pas ?..
      À ce jour, je puis vous affirmer une chose, celui-ci n’était pas compagnon boulanger du Devoir, en effet, je possède tous les registres de notre société, aucune trace…
      Mais cela ne veut pas dire qu’il ne fut pas compagnon, en effet, il existe trois sociétés de compagnons a l’époque de votre grand-père;
      Les compagnons boulangers du devoir de liberté
      Les compagnons boulangers des devoirs unis
      Les compagnons boulangers du devoir (aucune trace de votre grand-père)
      Je vais ce soir analyser les informations que je possède sur les compagnons boulangers des devoirs unis, je pourrais vous répondre avec une certitude de 100 % pour cette société. Par contre, cela sera beaucoup plus difficile avec les compagnons boulangers du devoir de liberté, société disparut après la Seconde Guerre mondiale et ayant laissé très peu d’archives…
      Merci de nous avoir contacté .
      Cordialement et respectueusement.
      Laurent Bourcier

      • Laurent Bourcier a écrit:

        Bonjour Monsieur Bourcier,

        Tout d’abord, un très grand merci pour vos informations et pour les recherches que vous réalisez sur mon cher grand-père.
        Suite à votre message, je vais faire des recherches dans la famille pour essayer d’avoir des renseignements sur ce sujet.
        Il est vrai que je suis bien le seul à fouiller le passé pour tenter de connaître le parcours de ce brave homme…..

        Je me souviens un peu de ses récits. Il a commencé très jeune vers 14 ans son apprentissage peut-être du côté d’Angers ? car il habitait
        Villevêque en 1910, village où il a passé son enfance.
        il m’a dit être passé par Beaugency et d’autres villes dont j’ai oublié le nom, mais cela ne prouve effectivement pas qu’il était compagnon.
        De toute évidence, il y avait forcément quelqu’un qui s’occupait de lui pour l’envoyer chez un patron ou un autre…il ne pouvait certes pas faire ces choix tout seul à cet âge.

        Ultérieurement, après la guerre, il fût patron boulanger en 1924 au Vésinet (78). Fondateur du syndicat des boulangers de St Germain en Laye et des environs.
        A sa retraite nommé président d’honneur de ce Syndicat. Il a toute sa vie oeuvré pour faciliter la vie des ouvriers et des patrons.
        Bref, c’était un grand Monsieur, et je suis très fier d’être son descendant.

        Quelque soit le résultat de vos recherches, soyez assuré Monsieur Bourcier de ma profonde reconnaissance et de toute ma sympathie.
        Bien cordialement
        Jean-Pierre Fleury

      • Laurent Bourcier a écrit:

        Monsieur Fleury bonjour,
        J’ai effectué les recherches nécessaires au sein de nos archives concernant les compagnons boulangers du devoir de liberté et des compagnons boulangers des devoirs unis…pas de trace de votre grand-père… mais cela ne veut pas dire qu’il n’a pas fait de tour de France, en effet, celui-ci a peut-être été « aspirant » dans une société compagnonnique, mais n’a jamais été reçu « compagnon ». Pour essayer d’en savoir plus sur votre ancêtre, vous pouvez vous rapprocher de la confederation nationale de la boulangerie, quai d’Anjou à Paris, qui doit posséder un fond d’archives important concernant les presidences de syndicats. Je suis vraiment désolé… Bon courage pour vos futures recherches et tenez moi au courant si vous faite une decouverte « compagnonnique » , nos archives, comme beaucoup d’autres n’etant pas complete a 100 %
        Respectueusement
        Laurent Bourcier, Picard la fidelite

      • Laurent Bourcier a écrit:

        Chers lecteurs,
        Nous avons recu ce tres sympathique courrier de Mr Fleury ce jour:

        Bonjour Monsieur Bourcier,

        Je vous prie de m’excuser de ma réponse tardive, mais j’étais en voyage depuis une semaine.
        J’ai donc pris connaissance de votre réponse et du résultat négatif de vos recherches au sujet de mon cher grand-père, ce qui me déçoit un peu.
        Entre temps, mes propres recherches au niveau de la famille n’ont pas donné grand-chose comme « matière ».
        Il est vrai que son fils a maintenant 92 ans et ne se souvient pas trop des détails concernant le parcours de son père.
        Il dit que lors de son apprentissage il est passé par Trouville chez un boulanger où il aurait appris à faire du pain
        de marin, le fameux pain brié.
        Je pense qu’il n’avait aucune raison d’apprendre cette spécialité sans avoir un fil directeur….
        En tout état de cause, je tiens à vous remercier très chaleureusement pour le temps que vous avez consacré à cette recherche.
        Bien entendu, si j’obtiens d’autres détails, je ne manquerais pas de vous informer.

        Soyez assurés de toute ma gratitude et de ma profonde sympathie.
        Très cordialement

        Jean-Pierre FLEURY

  77. Laurent Bourcier a écrit:

    Amis de notre page genealogique bonjour!
    Voici un courrier de Madame Benoit que nous venons de recevoir, nous allons bien sur ouvrir une recherche! :-)

    Bonjour,
    Je suis à la recherche d’informations sur mon arrière arrière grand père Boulanger à Paris : André RIEHL, né le 15.08.1850 à Niederhausbergen (Bas Rhin), décédé le 05.08.1897 à Paris 10ème, au 112 Bd Magenta apparemment sur son lieu de travail ! Je ne sais pas s’il était compagnon ??? mais sa fille Emma, alors orpheline de père et de mère a été aidée par Jean Ludmann, Boulanger également. Je suis intéressée d’en savoir plus sur lui (témoin au mariage d’Emma)…
    Je vous remercie vivement de l’attention que vous porterez à ma demande.
    Sincères salutations
    Florence Benoit

    • Laurent Bourcier a écrit:

      Madame Benoit bonjour,
      Nous avons effectue les recherches necessaires dans l’ensemble de nos registres (1811 a nos jours). J’ai le regret de vous informer que André RIEHL n’etait pas Compagnon du Devoir.
      Merci d’avoir fait appel a notre service et nous vous souhatons une bonne recherche!
      Cordialement.
      Picard la fidelite

  78. Laurent Bourcier a écrit:

    lecteurs bonjour,
    Voici une demande de recherche postee ce jour:

    Bonjour,
    Je recherche principalement ou se trouvait la boulangerie de mon arrière grand père. Voir peut être Poitiers ou Ligugé ?

    Son nom : Copin Pierre, né le 11 avril 1875 à Poitiers

    J’espère obtenir satisfaction et vous en remercie par avance.

    Danielle Brusselle

    • Laurent Bourcier a écrit:

      Madame Brusselle bonjour,
      Nous avons effectue les recherches necessaires au sujet de Pierrre Copin. Nous sommes desoles, nous n’avons aucune information sur celui-ci, d’autant plus qu’il n’etait pas Compagnon du Devoir, donc absent de nos registres. Je vous conseil de consulter les tableaux de recensement des deux villes concerenees.
      Bonne recherche.
      Cordialement
      Picard la fidelite

  79. Laurent Bourcier a écrit:

    Chers lecteurs,
    Nous venons de recevoir ce courrier la semaine derniere. Nous allons bien sur, avec un grand plaisir, ouvrir une recherche! :

    Bonjour,
    j’ai retrouvé chez ma grand-mère une canne ressemblant à une canne de compagnon, bien qu’il n’y ait rien d’inscrit sur le pommeau …

    Il semblerait que cette canne ait appartenu à son grand-père François Roulet 1853-1919 né à Château-L’Evêque (24) pâtissier à Périgueux (24).
    Auriez-vous des renseignements concernant cette personne ?
    Merci.

    PS je suis dans l’impossibilité de communiquer avec vous via vos formulaires car les réponses aux petit calculx sont rejetées !

    • Laurent Bourcier a écrit:

      Monsieur bonjour,
      Apres de longue recherche au sujet de votre ancetre, nous avons le regret de vous annoncer que nous avons aucune trace de votre ancetre dans nos archives. Nous sommes desoles, et nous vous souhaitons bonne chance pour vos recherches. De plus, a cette epoque les patissiers n’etaient pas encore membre du compagnonnage du Devoir.
      Cordialement
      Picard la fidelite.

  80. Laurent Bourcier a écrit:

    Chers lecteurs bonjour,

    Nous venons de recevoir ce courrier, transmis par notre cayenne de Lyon. Les dates, 17 et 18 eme siecle, ne nous permettent pas de faire une recherche au sein de nos compagnonnages du Devoir ou autre Devoir de Liberte de la boulangerie. En effet, notre Compagnonnage, s’affirmant du Devoir n’apparait qu’a partir de 1809 , nous ne possedons pas d’archives anterieur a cette date.
    je sui vraiment desole, et il me parrait difficile de trouver de l’infos sur un boulanger a Paris installe au 17 eme..
    Cordialement
    Picard la fidelite

    Bonjour,

    Je travaille sur des membres de ma famille qui sont nés du 17eme au 18eme siècle à panissiéres 42 et à Tarare 69.
    Ils portent le nom de Côte ou Coste et le prénom de Pierre Paul.

    Ils sont désignés dans les actes comme maître boulanger et nous savons qu’un de panissiéres a séjourné à Paris.

    Si vous ne pouvez m’aider , ou pourrais je trouver des informations?

    Cordialement
    Didier COTE

    • Laurent Bourcier a écrit:

      Monsieur Cote bonjour,
      Ce present courrier pour vous informer qu’il y a aucune trace de votre ancetre dans nos archives, nous sommes desoles et nosu vous souhaitons bon courage dans vos recherches.
      Cordialement
      Picard la fidelite

  81. marion a écrit:

    Bonjour, j’ai parmi mes ancêtres des boulangers la plupart en bretagne , peut être sont-ils compagnons? il s’agit de Lasbleiz Jean -Marie (1839- pleubian (22) après 1911) Le Picard Jean-Pierre (1838-plougasnou- 1873-Pleubian).
    Auriez-vous des informations dans votre base ? Merci de votre attention. Marion

    • Laurent Bourcier a écrit:

      Marion bonjour,
      Nous sommes desoles, mais aucune trace de vos ancetres dans nos archives; de plus il faut savoir qu’au 19 eme siecle, il y avait tres peu de bretons sur le tour de France et que la Bretagne n’etait pas visitee par les Compagnons boulangers. Une cayenne a Nantes uniquement vu sa situation geographique, ville arrosee par la Loire, dans la continuitee de Tours et Angers.
      Nous vous souhaitons de bonnes recherches et bon courage.
      Cordialement
      Picard la fidelite

  82. SCHMINK a écrit:

    Bonjour,

    je recherche l’adresse (numéro de rue) d’une boulangerie située avenue Raymond poincarré dans le 16éme ardt de Paris, tenue en 1912 par Mr et Mme HUBERT.

    Actuellement il n’y a plus de boulangerie sur cette avenue.

    Vous remerciant vivement

    • Laurent Bourcier a écrit:

      Monsieur bonjour,
      Nous ne possedons pas d’archives concernants les entreprises parisiennes. Le seul moyen que nous puissions vous conseiller est de trouver l’ »Annuaire de la boulangerie  » de cette periode.
      Peut etre au syndicat patronal quai d’Anjou a Paris..
      Nous sommes desoles. Merci quand meme d’avoir fait appel a notre service genealogique.
      Picard la Fidelite

  83. Laurent Bourcier a écrit:

    Message recu ce jour de Madame Plantevin, merci a elle pour avoir fait appel a notre service.

    Bonjour,

    Mon père : Gabriel JURUS né à AUBENAS (07200) le 18/11/1913.

    Il était boulanger et je l’ai entendu dire, à plusieurs reprises, qu’il avait fait son apprentissage chez les compagnons. Je n’en ai aucune trace. Aucune confirmation.

    Peut-être pourrez-vous m’aider à en savoir plus.

    Merci de votre réponse.

    Très cordialement

    Janie Plantevin

    • Laurent Bourcier a écrit:

      Madame Plantevin bonjour,

      Il est impossible de vous donner une réponse, en effet votre père n’étant pas compagnon boulanger, nous n’avons aucune trace de son passé.
      Il a en effet très bien pu faire son apprentissage chez un compagnon, mais comment trouver une trace sans nom de ville, sans nom d’employeurs, sans rien… c’est impossible.
      Nous sommes vraiment désolés de ne pouvoir répondre positivement à votre question.
      Merci d’avoir contacté notre service généalogique.

      Picard la Fidélité.

  84. Laurent Bourcier a écrit:

    Chers lecteurs bonjour!

    Voici un courrier recu cette semaine de la part de Mr Maupuy. Nous lancons bien sur une recherche! :-)

    Monsieur BOURCIER, bonjour,

    J’ai lu certains courriers de vous concernant vos possibilités de recherches sur les Compagnons Boulangers.

    j’ai fait la généalogie de tous les MAUPUY vivants dans le monde à ce jour (mon site est sur généanet « danmad »).

    Nous sommes tous de la même famille et descendont d’une famille de meuniers au XVIIè, puis de Maîtres boulangers du XVIIè à la fin du XIXè.

    Je ne sais s’ils étaient « Compagnons » ou non!

    Ils ont été Maîtres Boulangers en Indre et Loire (37) sur les communes de Rochecorbon, Reugny, Montlouis, Tours

    Leurs patronymes: MAUPUY MAUPUIT MAUPUIS

    Leurs prénoms répétitifs dont ceux du XIXè: Denis, Pierre, Jacques, Adolphe, François,Théodore, Léon, Albert, Alphonse.

    Je sais que vous n’avez rien avant 1805.

    Aucun MAUPUY n’a continué cette profession au XXè siècle, mais j’ai été profondément marqué par cette profession dure et lourde à exercer.

    Les seuls qui ont survécu ont cédé leur place à leurs enfants en changeant de métier avant la quarantaine.

    Mourant jeunes de la « silicose du boulanger » vers la trentaine, ils n’ont pu se reproduire et au total, actuellement nous ne sommes plus qu’une quarantaine de MAUPUY vivants à ce jour.

    Je vous remercie pour vos recherches.

    Avec toute ma sympathie,

    daniel MAUPUY

    • Laurent Bourcier a écrit:

      Monsieur Maupuy bonjour,
      Peut etre une bonne nouvelle!
      Nous possedons dans nos registres un Alphonse Maupuy, Tourangeau plein d’honneur (ou l’esperance), recu compagnon boulanger du Devoir a la premiere reception de la cayenne de Nantes a Paques 1845.
      Nous retrouvons ce compagnon installe a Tours vers 1851 1854 rue du grand marche.
      En esperant avoir apporte une petite pierre a l’edifice de memoire de votre famille.
      Respectueusement.
      Picard la Fidelite

      • Laurent Bourcier a écrit:

        Bonjour a tous, Voici la reponse de M. Maupuy. Merci a lui.

        Monsieur BOURCIER, bonjour,

        Tout d’abord, je tiens à vous remercier pour vos recherches sur les MAUPUY-PUIT-PUIS parmi les Compagnons et votre mail du 18.06.2014 me faisant état d’un MAUPUY Alphonse

        Vous me faites part d’un MAUPUY Alphonse, Tourangeau plein d’honneur (ou l’esperance), reçu compagnon boulanger du Devoir à la première réception de la cayenne de Nantes a Paques 1845 et que vous retrouvé installé à Tours vers 1851 1854 rue du grand marché

        Dans toutes mes recherches depuis plusieurs décennies, le seul Alphonse que j’ai à cette période (qu’il s’orthographie MAUPUY-PUIT-PUIS) est:

        MAUPUIS « Alphonse » Léonilde

        Il signait MAUPUIT

        Alphonse sera d’abord boulanger, puis garde barrière, et ensuite caissier et chef comptable à la Filature de Ligugé (86).

        · 1825 voit le jour le mardi 31 mai 1825 à Montlouis-sur-Loire (37270).
        Il est le fils légitime de Jacques Pierre MAUPUY, boulanger aubergiste, âgé de 35 ans et d’Elisabeth HERAULT, âgée de 31 ans. A sa naissance, il a pour frères et soeurs : Jacques Désiré (né en 1816), Adolphe (né en 1818), Sylvine Emée (née en 1823).
        il signe MAUPUIT.
        Est présent : François Paul Jean HERAULT (Témoin) oncle maternel de l’enfant.

        · 1829
        Son père Jacques meurt le 3 décembre 1829, Alphonse est âgé de 4 ans.
        Sa mère Elisabeth meurt le 25 décembre 1829, Alphonse est âgé de 4 ans.

        Les 4 enfants se retrouvent orphelins de père et de mère en jeune et bas âge.

        · 1848
        Il est boulanger à son mariage le lundi 12 juin 1848 à Tours (37000) avec « Louise » Elisabeth DUBOIS, Couturière, la fille légitime de Bertrand Antoine DUBOIS et d’Elisabeth ELISABETH.

        Alphonse et Louise habitent à Tours (37000).
        il est mentionné sur son acte de mariage: domicilié de fait à Tours rue du vieux calvaire et de droit à Saumur (49), son dernier domicile

        · 1852

        Alphonse habite Savonnières (37) et exerce une autre profession: garde barrière à la station de Savonnières ou ils habitent.
        et le couple aura un enfant :
        – Henry Adolphe né le 25 octobre 1852 à Savonnières (37) Alphonse est âgé de 27 ans qui se marie à Angoulême (16)

        · 1855
        à Alphonse est à Langeais (37) où il est toujours garde-barrière.

        · 1878- 1881

        Le couple habite Ligugé (86) (mais n’y sont plus en 1886)
        Alphonse exerce une autre profession: caissier puis chef comptable
        à la Filature de lin et de chanvre, ficellerie, dite Sté industrielle de Ligugé
        Ligugé (Vienne), avenue de la Filature.

        · entre janvier 1878 et 1900 Alphonse L. MAUPUIS est décédé, à l’âge de 52 ans au moins, à Poitiers (86000).
        sur l’acte de mariage de son fils Henry Adolphe, Alphonse serait décédé à Poitiers(86)
        mais pas de décès dans les tables décennales de Poitiers entre 1878 et 1900, ni dans celle de Ligugé.

        Je ne sais s’il s’agit du même Alphonse (mais il n’y en a pas d’autre) !

        Deux éléments me rapprochent du vôtre:

        1. le mien s’est baladé dans le Maine et Loire (Saumur)avant 1848

        2. et il était sur Tours entre 1848 (son mariage) et j’ai un trou jusqu’en 1852 (ou il était à Savonnières) et vous me dites que le vôtre était à Tours vers 1851 1854 rue du grand marché!!

        Je n’ai pas trouvé de recensement sur Tours dans ce laps de temps.

        Comme je vous le disais dans mon premier mail, je sais que mes ancêtres ne voulaient pas être boulanger à vie (pour survivre) et devenaient aubergistes laissant la boulangerie à un de leurs fils.

        Comme Alphonse était orphelin, il n’avait pas les moyens et a changé de profession!

        Le fait d’être orphelin n’a-t-il rien à voir avec Nantes?

        Yaurait-il un lien avec votre « Mère JACOB » qui est née à Neuillé le lierre(37) en 1796 à 3 km de notre fief (celui des MAUPUY) Reugny où le père de mon Alphonse (et mes ancêtres) est né en 1789; de plus, le père d’Alphonse était boulanger, jusqu’à son mariage en 1810, à Neuillé le lierre: il a donc évidemment connu Jeanne DESHAYES (dite la mère JACOB) qui a quitté Neuillé le lierre en 1812 et qui, dès son mariage, a acheté avec son mari un établissement Place du Grand Marché (jouxtant la rue du grand marché ou vous avez trouvé Alphonse).

        Peut-être que j’élucubre!!!

        En dehors de ces réflexions, je n’ai aucun lien avec vos infos; que de fortes suspicions!

        N’auriez-vous pas d’autres infos (date de naissance ou tuteur)?

        En l’attente, et encore avec tous mes remerciements

        Daniel Maupuy

  85. Laurent Bourcier a écrit:

    Bonjour,
    Voici un message de M Criteau publie sur le CREBESC, que nous replacons ici.. :-)

    Bonjour
    Je trouve votre travail remarquable et très interessant. Vous faites des recherches sur mon nom qui est très rare il se concentre en Charente Maritime donc pouvez vous me dire si vous avez des renseignements sur Madame CRITEAU Mère des Compagnons boulangers de la ville de Tours entre 1892 et 1911/1914. Cordialement et merci pour votre travail.

    Laurent Bourcier a écrit:

    Madame, Monsieur Criteau bonjour,
    Merci pour votre petit mot d’encourangement :-)
    Pour ce qui est de votre demande, laissez moi quelques jours et je reviens vers vous au sujet de Madame Criteau.
    Cordialement.
    Laurent Bourcier, Picard la Fidelite

  86. Laurent Bourcier a écrit:

    Chers lecteurs,
    Nous venons de recevoir ce courrier de M. Metreau, nous allons bien sur faire le maximum de recherche pour repondre a sa demande.
    A bientot et merci a lui d’avoir contacte notre service genealogique!

    Bonjour,
    Dans le cadre de recherches généalogiques, je constate que le berceau de la branche paternelle est en Charente-Maritime jusqu’à ce que mon arrière grand-père se marie en Eure-et-Loir. La légende familiale veut qu’il était compagnon boulanger et que c’est au cours de son périple qu’il a rencontré sa future épouse.
    Pouvez-vous m’aider à préciser cette histoire ?
    Il s’agit donc de Raphaël METREAU né le 19 septembre 1869 à Montendre (17) et marié le 21 jullet 1892 à Bonneval (28) avec Charlotte Victoire PANTIEZ, elle-même fille de boulangers.
    En vous écrivant, je constate que le père de la mariée Eugène PANTIEZ a peut-être suivi le même itinéraire puisqu’il est né dans l’Aisne (Vailly) le 22 septembre 1841 et s’est marié à Bonneval le 6 novembre 1869 avec Victoire Eugénie FOURRIER, elle aussi fille de boulangers.
    En vous remerciant de l’attention que vous porterez à mon contact,
    Meilleures salutations.
    Pierre METREAU

    • Laurent Bourcier a écrit:

      Monsieur Metrau bonjour,
      Apres plusieurs recherches dans les trois branches du compagnonnage des boulangers, le Devoir , le Devoir de liberte et l’Union compagnonnique, nos recherches saverent infructueuses au niveau de Metreau et de Pantiez..
      La seul chose que nous avons trouve c’est un Fourrier, ne en 1824 a Lalinde, compagnon boulanger, Bergerac flambeau du devoir recu a Bordeaux en 1845.
      Je suis vraiment desole
      Je vous souhaite bon courage dans vos recherches et je me tiens a votre disposition si vous decouvrez un jour des elements plus concrets sur l’appartenance de vos ancetres aux compagnonnages de la boulangerie.
      Cordialement
      Laurent Bourcier

      • Laurent Bourcier a écrit:

        Bonjour,
        Je vous suis reconnaissant de votre attention et je n’hésiterez pas à vous recontacter en cas de besoin.
        Merci et bonne continuation.
        Pierre METREAU

Envoyer un commentaire concernant: "Généalogie"


9 × cinq =

Menu