Louis Pierre Journolleau, Rochelais l’Enfant Chéri.

Louis Pierre Journolleau est né en 1814 et a été reçu à Angers à Pâques 1835, sous le nom de Rochelais l’enfant cheri.

C’est l’un de ces compagnons qui, avant 1850, à l’instar de Perdiguier et d’Arnaud, Libourne le Décidé, qui était de deux ans son aîné, chanta la réconciliation, la fraternité et la paix sur le tour de France. Ses poésies et chansons furent nombreuses.

Plus d’une cinquantaine furent publiées dans une brochure parue en 1859 intitulée « L’innovateur », recueil de chansons dédiées à tous les compagnons du tour de France indistinctement, qui dut avoir un réel succès, vu la vingtaine de chansonniers imprimés que nous connaissons à ce jour.

« L’innovateur » est le seul qui connu quatre éditions : la deuxième chez J. Tessier, aux Imprimeries de Surgères, en 1870, la troisième, en 1907, aux Imprimeries Nouvelles Noël Texier, 29, rue Sainte-Claire à La Rochelle et la quatrième pour le séminaire des CBPDD qui se déroula à La Rochelle les 11-12 avril 1999.

 

À l’âge de 68 ans, le 14 novembre 1882, à Marans, près de La Rochelle, décédait ce grand chansonnier et ce fraternel compagnon. Il ne verra pas la naissance de l’Union Compagnonnique, que la Fédération enfantera en 1889, et qui était son rêve, son espoir !

Il fut l’un des meilleurs chansonniers de sa corporation, Il a notamment écrit la célèbre chanson « Le 16 mai » :

Le voilà donc ce beau jour qui se lève,
Oh! Seize Mai,célèbrons ton retour,

Oui te voilà; non ce n’est pas un rève,
Tout radieux de plaisir et d’amour.

Quittez boulangers, votre ouvrage,
Car aujourd’hui vous devez bien savoir,

Qu’il faut selon l’antique usage
Fêter ce saint; pour nous c’est un devoir(bis)

Saint Honoré,sous ta noble banière,
Reçois nos voeux, ils sont purs et sincères

Sois le soutien de chaque Compagnon,
Et n’oublie pas qu’ils béniront ton nom (bis)

Voici deux de ses chansons magnifiques, en exemple, « Adieu à la Touraine » et « Mes insignes compagnonniques ».

Adieu à la Touraine     

Pays charmant du brillant Tour de France,
Riche séjour favorisé des cieux
Ton heureux sol produit en abondance
Gais Compagnons et vins délicieux.
Ton souvenir qui m’enivre et m’enflamme,
Site enchanteur, je te voue mon amour.
bis:
En répétant toujours du fond de l’âme
Adieu, Touraine, adieu, joli séjour.

On t’a nommé le jardin de la France,
Grâce à tes champs, tes foréts et tes eaux;
Heureux celui qui coule l’existence
Sous le ciel bleu de tes riches coteaux.
Quand Charles VII, en parcourant tes plaines,
Rencontre Agnès, plus belle que le jour,
bis:
Disait alors, en oubliant ses peines
Adieu, Touraine, adieu, joli séjour.

De la Touraine, antique capitale,
Tours, pour longtemps, témoin de mes succès,
Je me rappelle encor ta rue Royale
Type du beau, des arts et du progrès;
Ville chérie de notre Tour de France,
Je pense à toi, la nuit comme le jour,
bis:
De te revoir j’ai toujours l’espérance
Adieu, Touraine, adieu, joli séjour.

Si dans tes murs la discorde en furie
A bien souvent renversé l’union,
D’un noble orgueil la concorde s’écrie
Vous porterez le nom de Compagnon.
Laissez parler tous ces hommes rebelles,
Et libres enfm dans la ville de Tours,
bis:
Vous chanterez en Compagnons fidèles
Adieu, Touraine, adieu, joli séjour.

J’ai vu parfois, à table, chez la Mère,
Nos boulangers, honnêtes Devoirants,
Le verre en main, banissant la chimère,
Chanter alors quelques couplets charmants.
La mère Jacob toujours gaie et joyeuse,
Pour ses enfants conservera toujours
bis
Cette bonté de femme généreuse,
Adieu, Touraine, adieu, joli séjour.

Chers Compagnons du beau Devoir fidèle,
Cette chanson pourra vous convenir,
L’Entant-Chéri, toujours rempli de zèle,
Fit ses efforts afin d’y parvenir.
Mes chers pays j’ai chanté la Touraine,
Voilà mon but, payez-moi de retour,
bis:
De l’indulgence, et j’oublierai mes peines,
Adieu, Touraine, adieu, joli séjour.

 

Mes insignes compagnonniques
À mon fils

Mes insignes compagnonniques Chanté par le C.Durif CBRFAD     

 

Tranquille, assis près de l’âtre qui brille,
D’un rude hiver affrontant les rigueurs,
Seul, près d’un fils, son unique famille,
Un compagnon contemplait ses couleurs.
– Vois, disait-il, ce brillant apanage,
Doux résultat de mon unique espoir,
Du fondateur noble et saint héritage,
Gage sacré des enfants du Devoir. (bis)

Pendant longtemps sur le beau tour de France,
Je les portais gravement sur mon cœur,
J’ai combattu l’ignoble médisance,
J’ai converti l’ignorance et l’erreur.
Guidé parfois d’un amour indicible,
Des beaux Devoirs je chante l’unité,
Je chante aussi le Compagnon paisible,
Fidèle ami de la Fraternité. (bis)

Il dit encore à son fils qui l’écoute,
Regarde bien ce signe de l’honneur,
Symbole heureux qui conduit à la route
De la vertu comme à celle du cœur.
Comme ton père enfant, je te convie
D’être fidèle aux lois que nous suivons,
Afin qu’un jour, au banquet de la vie,
Tu sois placé au rang des Compagnons. (bis)

Simple artisan, je suis sans opulence,
Mais dans mon cœur, je possède un trésor ;
Puis, comme moi faisant ton tour de France,
Que la sagesse, ami, soit ton mentor ;
Je ne crains pas chez toi l’ingratitude,
De ton bon cœur je connais le timon.
Tu deviendras, j’en ai la certitude.
Avec le titre heureux de Compagnon. (bis)

Accepte, enfin ces insignes sans tache,
Présage heureux d’un brillant avenir,
Pour ton bonheur, ami, je m’en détache,
Conserve bien ce précieux souvenir.
L’humanité réclamait tes faveurs,
Songe surtout aux conseil de ton père,
Rappelle-toi sa canne et ses couleurs. (bis)

Du médisant les propos satirique
De mes accent n’arrêtent point le cour,
Pour mon Devoir et malgré les critiques,
Mes chers pays, je chanterai toujours ;
L’enfant chéri, faisant son tour de France,
Vous a chanté la concorde paix ;
Il chante encor dans la douce espérance
De réunir les amis du progrès. (bis)

(Photographie Jean Louis Calbe, avec nos aimables remerciements.)

Laurent Bourcier, Picard la fidélité C.P.R.F.A.D.

Commentaires concernant : "Louis Pierre Journolleau, Rochelais l’Enfant Chéri." (6)

  1. Laurent Bonneau a écrit:

    Merci Picard, je ne connaissais pas « Mes insignes compagnonniques » superbes paroles.

  2. Merci Picard le Fidélité de nous avoir fait re découvrir notre célèbre compositeur/chanteur. C’est vrai, il a écrit beaucoup de chanson, et nombreuses encore chantées de nos jours! Certaines comme Les Enfants du savoir, ou Les adieux à la Touraine, pour ne citer que ces deux, n’ont pas prit une seule ride.
    Dommage que tu ne parles pas des écris qui nous sont parvenus, et dans lesquels il exprime l’amour et le respect infini à Notre Mère Jacob.

    Autre point dont je ne connais pas tous les détail: c’est Monsieur Roger Lecotté, qui un jour passant dans la région de Marans à cherché au grès du hasard la tombe de notre cher Rochelais l’Enfant Chéri et l’a trouvée! Il ne manqua pas de la signaler à un CBDD avec qui il entrenait de bonnes relations (à l’époque).

    Puis, un jour Vendéen Coeur Fidèle se trouvant de passer dans sa région natale se rendit sur sa tombe, et là comble de stupéfaction il prit connaissance qu’elle était classée abandonnée et donc promise à sa destruction… Le nécessaire fut rapidement fait auprès de la Mairie, et la concession a été renouvelée! Il était temps…

    C’est son beau frère Angevin la Fermeté, qui entreprit de la faire nettoyer et légèrement restaurée, bénévolement, avec l’aide d’un tailleur de pierre (je ne me rappelle pas s’il était Compagnon où pas).

    En 1999, une cérémonie de souvenir fut réservée à notre célèbre poète chansonnier. Elle fut légèrement menée, à cause du Gardien des rites de l’époque, mais elle a le mérite d’avoir été réalisée. De nombreux Compagnons Boulangers-Pâtissiers étaient présents.

    Un film a été réalisé par mon fils. Il n’a été fait que 2 cassettes, dont l’une a été remise à Laurent Bastard Conservateur du Musée compagnonnique de Tours pour archive et l’autre qui est en ma possession.

    • Laurent Bourcier a écrit:

      Très cher Agenais la Tolérance,
      C’est avec joie que je lis ces précieuses et nouvelles informations!!
      Nous les rajouterons à l’article dans un mois, comme nous l’avons fait avec les nouvelles informations communiquées par Monsieur Kichkine au sujet de son ancêtre Parisien la Bonté.
      Pour ce qui est de cette vidéo de 1999, peut être y aurait il moyen de la faire parvenir à notre responsable et « magicien » du site Normand la Fidélité, afin qu’il puisse l’ajouter à cet article. cela serait extraordinaire! 🙂
      Par trois fois merci!
      Laurent Bourcier
      Picard la Fidélité

  3. Cela n’était pas mes projets! Mais pourquoi pas…
    Je vais faire graver ma cassette vidéo sur un CD, et je l’enverrai à notre prestigieux magicien en informatique!
    Après tout cela est un partage….

  4. Malthête Jean-François, Parisien Prêt à Bien Faire, CMDDDL, société "Les Vieux Gavots" a écrit:

    Un grand merci, accompagné de mes plus vives félicitations à mon Pays Picard La Fidélité, mon ami, pour la hauteur des articles qu’il amène et continue à amener.
    Je ne désespère pas aller faire un tour à Moscou pour lui rendre visite.

    • Laurent Bourcier a écrit:

      La niche de Picard la fidelite est toujours ouverte aux Gavots, qu’ils soient jeunes ou qu’ils soient « vieux »!! 😉 et qu’ils soient heureux ou malheureux sur le tour de France! Je t’embrasse par trois fois Pays Malthete et merci pour ce petit mot encourageant ! FR PLFCPRFAD

Envoyer un commentaire concernant : "Louis Pierre Journolleau, Rochelais l’Enfant Chéri."