Le Figaro du 18 mai 1874.

« C’était hier la Saint-Honoré, fête des compagnons boulangers. Comme d’habitude, toute la corporation ayant en tête tambours et fanfare, s’est rendu à neuf heures à la messe, qui a été dite, non pas à Saint Roch cette année, mais à la Trinité.
Au milieu des huit à neuf cents compagnons, tous endimanchés et porteurs d’incommensurables rosettes multicolores, marchait la mère Madame Semartin dite Bigourdain la belle prestance.

Lire la suite ▸

Un boulanger compagnon menuisier du Devoir de Liberté ?

Au cours de recherches, il y a plus de quinze ans dans les pages du journal Le Ralliement, au musée du Compagnonnage de Tours, j’avais relevé le nom d’un boulanger qui aurait été reçu compagnon menuisier du Devoir de Liberté sous le nom de Champagne la Fidélité… Malheureusement, étant encore bien novice dans la recherche historique à cette époque, j’oubliai de noter la date et le numéro du journal…

J’ai depuis mené quelques recherches sur ce boulanger qualifié de Reboul de Reims,  voici les résultats :

Lire la suite ▸

Madame Marie Praz, mère des Compagnons boulangers du Devoir de Lyon.

Lire la suite ▸

Extrait de « Histoire de la Grande Guerre par un français« .
Avec  une belle insouciance, la France, pendant la première année de guerre, avait dédaigné de se rationner, comme le faisait l’ennemi bloqué. Nous avions la mer libre et nous pouvions recevoir d’Amérique le blé qui nous manquait. Mais lorsque l’Amérique fut entrée dans le conflit, quand il fut nécessaire d’employer les navires à transporter des troupes et des canons, le blé se fit rare et le pain devint une denrée de luxe.

Lire la suite ▸

Lire la suite ▸

Le cortège de Strasbourg, 1840.

Lire la suite ▸

Lire la suite ▸

Les MEREAUX sont au Moyen âge « une monnaie de convention » réservée aux ecclésiastiques, constatant leur présence aux offices, puis deviennent de véritables monnaies de bienfaisance, d’appoint. Monnaies, sinon officielles, du moins connues de tous et acceptées, elles furent imitées par certaines collectivités ou communes qui trouvaient ainsi plus commode de payer, par ce biais particulier, ouvriers, employés ou pauvres…

Collection Jean-Claude THIERRY. Agrandi 2 fois.

Lire la suite ▸

Le pain des prisonniers.

En Bulgarie, le jour de Pâques, des femmes charitables pénètrent dans les geôles pour distribuer aux prisonniers, avec les pains préparés à leur intention, un peu de réconfort et de consolation.

JOURNAL DES VOYAGES 1913 N°852

Laurent Bourcier, Picard la Fidélité, C.P.R.F.A.D.

Lire la suite ▸