Les MEREAUX

Les MEREAUX sont au Moyen âge « une monnaie de convention » réservée aux ecclésiastiques, constatant leur présence aux offices, puis deviennent de véritables monnaies de bienfaisance, d’appoint. Monnaies, sinon officielles, du moins connues de tous et acceptées, elles furent imitées par certaines collectivités ou communes qui trouvaient ainsi plus commode de payer, par ce biais particulier, ouvriers, employés ou pauvres…

Collection Jean-Claude THIERRY. Agrandi 2 fois.

Descriptif :

28,5.mm. Cuivre. Référence Feuardent 4142 page 329.

Avers : La Religion debout de face tenant de sa main droite le calice, de la gauche la Croix. A ses cotés, un autel, un serpent autour d’un bâton et des livres. A l’exergue ;  FABRIQUE DE ST BARTELEMI.

Revers : Croix rayonnante, entourée à gauche de lettre B. et à droite lettre P. Deux étoiles à cinq branches, et inscription plein champ sur trois lignes : IIII / LIVRES DE / PAIN – .

 

Ce Méreau émit sous l’ancien régime : Fabrique de Saint Barthélémy à Paris, est  aussi connu avec II Livres de viande.

Collection privée

L’église Saint-Barthélemy est une ancienne église paroissiale située sur l’île de la Cité à Paris. Elle se trouverait, de nos jours, à l’extrémité sud du tribunal de commerce de Paris, le long du boulevard du Palais.

Eglise Saint-Barthélemy sur le plan dit de la Tapisserie (1540).

Histoire et description Culte Catholique Romain, rattachement à l’Archidiocèse de Paris.

Une première chapelle dédicacée à l’apôtre Barthélemy existe sur le site au Ve siècle. Vers 965, Hugues Capet la fait agrandir. En 1138, elle devient paroisse royale du fait de sa proximité avec le palais de la Cité et les religieux partent s’installer sur la rive droite de la Seine, rue Saint-Denis, ou ils fondent l’abbaye Saint-Magloire. Elle est réaménagée une première fois en 1730 et 1736. En 1772, Louis XVI ordonne qu’elle soit entièrement reconstruite. La Révolution française entraine l’interruption des travaux. Devenue bien national, elle est vendue en 1791 et détruite.

Elle se trouvait à l’angle de la rue Saint-Barthélemy (actuellement boulevard du Palais) et de la rue de la Pelleterie. Après sa démolition, le théâtre de la Cité-Variétés et deux passages couverts (passage de Flore et passage du Prado) sont construits à son emplacement. Cet ensemble est détruit en 1858 pour permettre la construction de l’actuel tribunal de commerce de Paris.

Démolition de l’église Saint-Barthélemy en 1791 – Pierre-Antoine Demachy. Musée Carnavalet.

Références :

  1. ↑ a et b Félix et Louis Lazare, Dictionnaire administratif et historique des rues de Paris et de ses monuments, édition de 1844, p. 223.
  2. ↑ Jean Junié, Plan des paroisses de Paris avec la distinction des parties éparses qui en dépendent dressé par J. Junié, ingénieur géographe de Monseigneur l’Archevêque et géomètre des Eaux et forêts de France en 1786, Service des Travaux historiques de la Ville de Paris, 1904.

 

Jean-Claude THIERRY & Claude-Frédéric MAUREL

Envoyer un commentaire concernant : "Les MEREAUX"

Facebook Auto Publish Powered By : XYZScripts.com