Alexis Chaussepied, Angevin le Vengeur du Devoir

Sans titre19

Alexis François CHAUSSEPIED, Angevin le Vengeur du Devoir.

Alexis François nait le 19 janvier 1820 à Mouliherne (49)

Il épouse la profession de boulanger et est reçu compagnon boulanger du Devoir à Angers à la Noël 1841 sous le terrible nom d’Angevin le Vengeur du Devoir.

Sans titre20

Lors de la tristement célèbre Commune de Paris, Alexis François CHAUSSEPIED, Angevin le Vengeur du Devoir est domicilié à Paris au 37 rue de la Félicité, garde dans une compagnie sédentaire du 223e bataillon “communard”. Le 18 mai, il est à Belleville et se rend aux “Versaillais”.

Sans titre21

Angevin le Vengeur du Devoir est condamné le 19 avril 1872 par le 25eme conseil de guerre à la déportation simple sur l’Île-des-Pins en Nouvelle Calédonie.(illustration : Conseil de guerre a Versailles).

Il est transporté avec tous les condamnés à la déportation, de Paris à Brest par voie de chemin de fer, entassés dans des wagons à bestiaux.

Sans titre22

La sybille

Angevin le Vengeur du Devoir est incarcéré au fort de Quelern et fait partie du 8eme convoi à bord du navire la Sybille sous le numéro de matricule 2642. La Sybille quitte Brest le 1er février 1874, ayant embarqué 198 déportés de la Commune, provenant tous du fort de Quélern.
Ce voyage est le convoi le plus mouvementé de tous. Alors que le navire se trouve au large des côtes du Portugal, une voie d’eau se déclare à bord. Le commandant décide de quitter la route normale, puis franchit le détroit de Gibraltar et fait relâche en Algérie, à Arzew, pour tenter de réparer. Les déportés sont alors débarqués et ils sont enfermés au Fort du Nord à Arzew.

Sans titre23

Entrée du fort du Nord d’Arzew

Mais, la Sibylle ne pouvant réparer sur place, le navire quitte l’Algérie pour arriver à Toulon le 22 février 1874.
Un des déportés embarqués sur la Sibylle, Guillaume HOLZ, écrivait le 22 février à sa famille, pour raconter la traversée : « voici comment nous étions à bord, nous étions enfermés dans des cages de fer au nombre de cinquante, les cages avaient douze mètres de long, trois de larges et deux de haut. Nous ne montions qu’une heure par jour sur le pont et les autres vingt trois heures, on restait enfermés ».
Les déportés adressent, le 27 février 1874, une supplique au maréchal de Mac-Mahon, Président de la République, par laquelle ils sollicitent l’accomplissement de leur peine sur le sol algérien. Aucune suite n’est donnée à cette demande.
Le 28 mars 1874, l’Alceste arrive à Arzew, en provenance de Toulon. Le 9 avril, les déportés embarquent pour effectuer le reste de la traversée vers la Nouvelle-Calédonie.

Sans titre24

L’Alceste

Compte tenu des 122 jours de traversée, il semble que l’Alceste ait suivi l’itinéraire normal des navires, par le Brésil et le cap de Bonne-Espérance. L’Alceste arrive à Nouméa le 9 août 1874.

Alexis François CHAUSSEPIED, Angevin le Vengeur du Devoir passera cinq ans en Nouvelle-Calédonie, peut être, comme son frère en Devoir, CHERAMY, Vendôme le Décidé est-il embauché à la boulangerie administrative de l’Ile des Pins, nous l’ignorons…

Sans titre25

Sans titre26

Presqu’ile de Kuto où se trouvait la boulangerie administrative qui produisait 2000 rations jour, ce qui fait un poids moyen de 1.500 kilos. La farine était importée.

Sans titre27

Le 15 janvier 1879, un décret accorde une remise de peine à 1750 déportés, graciés ou commués, Alexis François CHAUSSEPIED, Angevin le Vengeur du Devoir est parmi eux. L’ordre d’embarquement est transmis au Gouverneur de la Nouvelle-Calédonie par une note du ministère de la Marine en date du 21 janvier. Une loi d’amnistie du 3 mars 1879 venait compléter ces premières dispositions, mais cette amnistie partielle ne s’appliquait qu’aux condamnés pour faits relatifs aux insurrections de 1871, et tous les condamnés pour crimes et délits relatifs à des faits politiques qui ont été ou seront libérés, ou qui ont été ou seront graciés par le Président de la République dans le délai de trois mois après la promulgation de la loiAngevin le Vengeur du Devoir est rapatrié par le Var , il quitte Nouméa le 17 juin 1879. Le retour sera plus rapide que l’aller, en effet le tout nouveau canal de Suez permet de ne plus contourner l’Afrique comme cela a été le cas à l’aller.

Sans titre28

Le Var a Toulon.

Le Gaulois du 4 septembre 1879 :

Sans titre29

Sans titre30

< ensuite la liste complète des amnisties rapatriés.

671

672

A son retour à Paris, le nouveau domicile d’Angevin le Vengeur du Devoir est 85 rue de Charonne.

Sans titre34

Sans titre35

Le retour des déportés.

A ce jour nous ne possédons pas d’autres informations sur Angevin le Vengeur du Devoir.

Je tiens à remercier tout particulièrement Monsieur Guinard, propriétaire d’un superbe site de généalogie très riche en information sur les déportés de la Commune, que je conseille fortement: www.bernard-guinard.com , merci a lui pour les nombreux documents qu’il a eu la gentillesse de mettre à ma disposition, ainsi que le Compagnon pâtissier reste fidèle au Devoir, Toulousain Coeur Sincère, installé en Nouvelle-Calédonie, pour m’avoir communiqué de nombreuses informations et documents photographiques.

Qu’ils soient tous les deux, triplement remerciés.

Laurent Bourcier, Picard la Fidélité, C.P.R.F.A.D.

Commentaires concernant : "Alexis Chaussepied, Angevin le Vengeur du Devoir" (5)

  1. Manu Cestéré a écrit:

    Merci pour ce magnifique article ,Picard si tu le permet, j’associe au remerciement que tu m’adresses l’ Association In Mémoriam et en particulier Mme Pannoux Stéphane qui m’a bien aidée dans la recherche de documents.
    Je rajouterais que son Frère en Devoir , CHERAMY, Vendôme le Décidé , est mort suite a un coup reçu lors d’une bagarre et a été enterré a l’Ile des Pins

  2. Laurent Bourcier a écrit:

    Tres cher Toulousain CS
    C »est avec un plaisir certain que je decouvre ton message. Au sujet de Madame Pannoux, je suis vraiment desole de ne pas l’avoir mentionne et je m’en excuse et je te demande de bien vouloir lui transmettre mes salutations et remerciement des plus sinceres.
    Pour ce qui est de Vendome le decide, en effet, mort a l’Ile des Pins. Voici le lien qui conduit a sa biographie que nous avons publie il y a quelques mois:
    http://www.compagnons-boulangers-patissiers.com/crebesc/louis-cheramy-vendome-le-decide/

    Tres cher Toulousain, mes salutations des plus Fr.
    A bientot!
    Picard la Fidelite

  3. Marcel Marteau a écrit:

    Votre article est très intéressant et pour moi émouvant car mon grand-père a partagé les lieux de détention de votre héro et ainsi ses épreuves . Joseph François Marteau Déporté simple Matricule 2691. Il était du 8ème convoie sa détention a été plus longue car je pense qu’il a refusé la remise de peine qu’on lui offrait; Au petit musée de St martin en Ré pour pourrez consulter un carnet de ses croquis décrivant les lieux de détention et la sinistre et éprouvante « Croisière  » que fût le 8ème convoie avec ses nombreuses péripéties, Marcel François Joseph Marteau (82 ans)

Envoyer un commentaire concernant : "Alexis Chaussepied, Angevin le Vengeur du Devoir"