SOCIÉTÉ DES COMPAGNONS BOULANGERS, PÂTISSIERS RESTÉS FIDÈLES AU DEVOIR

Histoire sucrée

Le grand album des syndicats pâtissiers, chocolatiers et glaciers du Rhône

“Histoire sucrée? Une saga qui ne manque pas de sel!
De 1888 à aujourd’hui, pâtissiers, chocolatiers et glaciers du Rhône ont su évoluer, innover, se rassembler, s’organiser, créer des événements d’envergure, animé autant par une passion inextinguible pour leurs métiers que par une valeur que ces professionnels du bon gout maitrisent à merveille : le partage.
Histoire sucrée est une vitrine pour deux syndicats, pâtissiers-chocolatiers (depuis 1888 donc) et glaciers (depuis 1944) qui oeuvrent à l’unissons pour que les savoir-faire perdurent. C’est aussi une passerelle pour assurer la transmission du flambeau à celles et ceux qui, demain, écriront leur propre histoire.
Avec Histoire sucrée, les hommes et les femmes ont apporté (bénévolement) leur écot  à  leur métier depuis plus d’un siècle. Aujourd’hui, ils se retrouvent sur le devant de la scène : il était temps ! »
 

Ce très bel ouvrage de mémoire que nous vous recommandons est préfacé par deux Compagnons pâtissiers des Devoirs Unis :

Philippe Brétignière, Hainaut le courageux, président du syndicat des pâtissiers-chocolatiers du Rhône, du syndicat des glaciers du Rhône et de l’Association pour la promotion des arts de la pâtisserie.

Gabriel Paillasson, Forézien l’intrépide, président fondateur de la coupe du monde de la pâtisserie, Officier de la Légion d’Honneur, Commandeur de l’ordre national du Mérite, Commandeur des Palmes académiques, Officier du Mérite agricole, Chevalier des Arts et de lettres, président honoraire des syndicats des pâtissiers chocolatiers et des glaciers du Rhône.

Les Compagnons boulangers pâtissiers restés fidèles au Devoir sont très touchés et plus particulièrement sensibles, par l’attention qu’a bien voulue leur accordé les auteurs en citant leurs membres adhérents aux syndicats du Rhône en page 158.

Une petite erreur sans aucune gravité mais qui se doit d’être signalée, José Ribeiro ne se nomme pas Landais l’Ami du travail, mais Île de France Coeur Fidèle.

Par trois fois merci aux auteurs et en particulier à Gabriel Paillasson, Forezien l’Intrépide.

Laurent Bourcier, Picard la Fidélité, C.P.R.F.A.D.

Envoyer ci-dessous votre question :

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.

Menu